Courtesy of Théo Gosselin

La mode régénérative est en marche

En quelques années, l’agriculture régénérative a séduit de plus en plus de marques grâce à son impact positif sur nos modes de vie, le climat et la planète. En ce 51e Earth Day, focus sur ce phénomène qui n’est pas prêt de s’arrêter.

par Julie Le Minor
|
22 Avril 2021, 3:48pm

Courtesy of Théo Gosselin

Avez-vous déjà entendu parler de mode régénérative ? Depuis quelques années, ce phénomène gagne du terrain dans l’industrie de la mode alors que celle-ci engage un tournant vers un modèle plus durable, plus sain et davantage en adéquation avec la planète. Alors que l’on célèbre aujourd’hui le 51e Earth Day, la mode régénérative semble particulièrement faire écho au thème choisi cette année : “restaurer notre planète”. L’heure n’est plus à la complainte ni aux opprobres, l’époque promeut l’action : la réparation. Après plusieurs scandales liés aux méthodes parfois peu flatteuses de cette industrie considérée comme l’une des plus polluantes du monde, la mode est bien décidée à se mettre au vert. À son tour, elle s’engage pour lutter contre l'effondrement climatique. Aujourd’hui, la mode devient durable, responsable, et même régénérative.

Grâce à ses nombreuses vertus bénéfiques, l’agriculture régénérative séduit de plus en plus l’industrie en proposant de concilier l'inconciliable : le sempiternel cycle de la nature et celui capricieux et volage de la mode. “En coton ou en laine, en cuir ou en cachemire, la plupart des vêtements commencent leur vie sous forme de matière première dans une ferme ou un pâturage. C’est pourquoi l’avenir du secteur de la mode est inextricablement lié à celui de l’agriculture”, explique le groupe Kering à la tête du Fonds Régénératif pour la Nature cofondé en janvier dernier avec Conservation International. Son objectif : soutenir ces pratiques agricoles régénératrices en convertissant un million d’hectares de fermes et de pâturages dans les cinq prochaines années.

Pour décrire l’agriculture régénérative, le New York Times résume : “C’est comme le yoga, mais pour les terres agricoles.” Pas étonnant alors que la mode s’y intéresse. Cette nouvelle approche holistique du vêtement suppose ainsi un changement de paradigme. Se fier à la terre, à ses cycles naturels, plutôt que la contrôler. L’enrichir et la réparer plutôt que l’exploiter. En faisant la promotion d’une agriculture “propre” dans le respect de la biodiversité, la mode régénérative produit un vêtement naturel et durable dont l’objectif final est d’enrichir la terre. “Sur l’ensemble de son cycle de vie, il est conditionné pour devenir une ressource et non un déchet”, explique Victoire Satto dans The Good Goods. En favorisant cette méthode alternative de production et d’élevage en harmonie avec les écosystèmes, la mode régénérative fait donc un pari sur l’avenir.

Perçue comme une alternative à l’agriculture biologique, la culture régénérative suppose ainsi de se fier à la nature en renonçant aux produits agrochimiques, aux pesticides, engrais et désherbage en tout genre. Elle propose également de lutter contre l’impact de l’industrie de la mode responsable de 10% des émissions annuelles de gaz à effet de serre dans le monde. En créant des matières “propres”, la mode régénérative a vocation à créer un nouveau cycle vertueux du vêtement, depuis la source jusqu’au recyclage alors que moins de 1 % des tissus qui composent nos vêtements sont aujourd’hui recyclés pour en créer de nouveaux. Fondée sur une économie circulaire et locale, la mode régénérative s’impose ainsi comme l’une des alternatives les plus observées de la mode responsable et de plus en plus de marques franchissent le rubicon.

Après avoir sensibilisé le public à l’agriculture régénérative lors d’une campagne en août 2020, le leader de la mode responsable Patagonia poursuit son œuvre à travers son programme Patagonia Action Works. Comme The North Face, elle propose désormais des vêtements en coton régénérés. En février, la New Zealand Merino Company (NZM) et les marques Allbirds, Icebreaker et Smartwool ont aussi annoncé leurs collaborations avec 167 éleveurs de moutons pour créer la première plateforme de laine régénérative au monde en Nouvelle-Zélande. La marque américaine Timberland a quant à elle annoncé investir dans l’agriculture régénératrice afin de créer des produits à impact positif d’ici 2030. La mode régénérative a donc le vent en poupe jusqu’à séduire le géant Kering et d’autres marques de luxe comme Chanel. Un phénomène qui devrait poursuivre son élan ces prochaines années et peut-être redonner le sourire à Mother Earth. Qui sait…

Tagged:
agriculture
Earth Day
éthique
climat