Photos : Ana Tabatadze 

techno hédoniste et amour queer : 3 ans de fête intense à berlin

Les fondateurs de ces soirées mythiques Herrensauna se plongent dans leurs archives et partagent avec nous leurs moments les plus inoubliables.

par Juule Kay
|
29 Novembre 2018, 9:25am

Photos : Ana Tabatadze 

Des gouttes de sueur tombent du plafond, une odeur de renfermé entoure des ravers, dont les jambes commencent peu à peu à flancher. À l’aube, l’atmosphère est toujours aussi électrique. Ce que nous sommes en train de décrire, ce sont les fêtes les plus mythiques de Berlin : les Herrensauna. Tout a commencé dans un club très intime du quartier de Neukölln nommé Bertrams, qui a fait l'objet d'une fermeture. Mais ce n’est pas ce détail qui allait arrêter Jordan Davidson, l’organisateur de Herrensauna, ainsi que les Djs résidents Nicolas Maxim Endlicher et Cem Dukkha qui s'en sont allés investir un nouveau lieu légendaire : le Trésor.

1543482707415-1511523676564-Tiger-Tanga

Contrairement à l’établissement au Bertrams où seuls les hommes étaient autorisés, ici, tout le monde est le bienvenu. « Nous pensons qu’il est bien plus intéressant de diffuser le concept d'une fête queer à l’esprit ouvert », explique Jordan Davidson, l’un des fondateurs. Chaque alcôve du club est une occasion d'expérimenter sa sexualité et son identité, ou tout simplement de danser jusqu’à l’extase. Le tout sur fond de sons expérimentaux d’artistes underground et des puissants beats techno des résidents, qui semblent vous transporter dans une autre dimension.

À l’occasion de leur troisième anniversaire, nous nous sommes laissés aller à un peu de nostalgie et nous avons demandé à Jordan, Nicolas et Cem de nous parler de ces moments intenses qu’ils ont vécu ces dernières années.

Herrensauna Gang George Nebieridze
Une photo de notre veste bomber Herrensauna, Mert Alas en possède également une. Photo: George Nebieridze.

Comment décririez-vous ce que vous avez ressenti lors de votre première Herrensauna ?Jordan : Nous avons toujours été très confiants. Je ne me suis jamais dit que ça allait être un désastre.
Cem : Nous n’avons jamais eu peur, parce que c’était un espace assez réduit, et que nous pensions que seuls nos potes de soirée les plus proches viendraient. Ça n’était pas supposé devenir le gros événement que c’est finalement devenu.
Nicolas : C’était vraiment très intuitif, nous faisions tout simplement ce qui nous paraissait juste à ce moment-là. En fait, nous ne pouvions pas imaginer l’ampleur que ça allait prendre. Quand on sort quelque chose, maintenant, on pense les choses bien plus en amont – ce qui n’était pas le cas auparavant.

Cem Herrensauna
Cem se relaxe sur les genoux d'Enyo après avoir joué back to back avec Hector à Tresor. Photo: Nicolas M. Endlicher.

Herrensauna n’existe pas qu’à Berlin. Vous vous exportez aussi dans d’autres pays, et vous avez récemment été invités à jouer au Kisloty à Saint-Pétersbourg, en Russie.
Cem : Nous essayons d’exporter Herrensauna partout où il est possible de faire vivre son identité.
Jordan : C'est très intéressant de voir des communautés se réunir dans d’autres endroits. Quand un organisateur ou un propriétaire de club hétéro nous approche parce qu’il sait que le nom peut attirer une certaine population, c’est toujours assez flatteur. Il n’est pas question d’arriver dans une autre ville avec un bus entier rempli de Berlinois, il s’agit plus de se dire : « okay, alors ce nom a un certain poids, et ça pourrait bien marcher par ici ».
Nicolas : Ça nous vient aussi de notre cercle d’amis étendu, qui s’est toujours réuni pour faire la fête. Surtout au début, ça attirait beaucoup les gens. Je ne veux pas utiliser le mot « phénomène », mais d’une certaine façon, des gens du monde entier ont fini par en entendre parler, à l’associer avec un certain sens de la liberté et ils veulent en faire partie, c’est pour cela qu’ils nous invitent.

Herrensauna Behind The Scenes
Une de nos darkrooms avec des préservatifs, juste avant l'ouverture des portes. Photo: George Nebieridze.

Que signifie la communauté, pour vous ?
Nicolas : Le respect mutuel. Tout le monde partage un même espace et personne ne se juge – surtout dans la communauté queer, parce que vous vous en prenez déjà plein la gueule par le monde extérieur. Vous pouvez à la fois être vous-mêmes et être sympa avec les autres.
Cem : Vous pouvez vous découvrir sans le moindre jugement.
Jordan : C’est intéressant de voir toutes ces photos de gens qui se déchaînent et qui se sentent libres. Malheureusement, ce n’est pas ça, la vie – ça, c’est une pause dans la vie. Je connais beaucoup de gens qui sont arrivés à Berlin en apportant des histoires vraiment tordues. Certains viennent d’endroits où quelque chose comme Herrensauna ne serait même pas envisageable.

Herrenscheide und Cem
Nicolas et Cem essayent de s'en sortir sans monitoring dans la cabine du DJ, après que l'ampli ait surchauffé. Photo: Ana Tabatadze.

Quelles leçons avez vous tirées au cours de ces dernières années ?
Jordan : J’ai appris à vraiment travailler avec les gens et à respecter les décisions d’autres personnes. J’ai aussi bien plus de respect pour le DIY. Il y a eu des fois où nous avons occupé un espace pendant plus de 24 heures, où nous arrivions tôt pour tout installer. Au final, ta responsabilité, c’est que les gens passent un bon moment et soient heureux.
Nicolas : Ça m’a aussi aidé à voir la beauté des choses, peu importe à quel point elles peuvent avoir l’air crade, vu de l’extérieur. La beauté peut être tant de choses différentes. Et pourtant, peu importe tout ce que tu as vu, quelque chose qui a toujours été sous ton nez peut te surprendre, parce que pour une raison ou pour une autre, tu ne t’es jamais rendu compte à quel point c’était beau.
Jordan : Je suis bien plus tolérant.
Cem : Nous avons appris à accepter les comportements des gens pour ce qu’ils sont.

Lyra Herrensauna
Portrait de la musicienne et artiste de performance Lyra Pramuk. Photo: George Nebieridze.

C’est toujours difficile de choisir son préféré. Cependant, y-a-t-il un moment inoubliable que vous aimeriez revivre ?
Jordan : Il y a eu cette nuit, où The Empire Line jouait. Le chanteur était limite accroupi sur les CDJs et il n’y avait presque plus d’espace entre le plafond et sa tête. Il vient du milieu du noise et il chantait live sur un set techno. Sa voix a fait planter l’ampli avant de le faire exploser… mais il continuait, il a fracassé le micro sur son visage et se cognait la tête contre le plafond. C’était comme un show hardcore dans une rave techno queer. La sueur condensée retombait du plafond, les lumières étaient stroboscopiques et on sentait vraiment qu’on ne reverrait jamais quelque chose comme ça. C’était très spécial. Tellement spécial qu’ils ont appelé un morceau Herrensauna.
Cem : Je me souviens de tous ces grands moments musicaux. L’un des miens, ça a été de jouer devant DVS1 qui m’a toujours beaucoup influencé en tant que DJ. En fait, c’est justement arrivé la même nuit que celle dont parlait Jordan. Voir qu’il était à ce point émerveillé par la fête nous a vraiment flattés, parce qu’il est le résident du Berghain et qu’il joue dans ce club monumental tous les mois.
Nicolas : Il y a aussi eu ce frisson juste avant, parce que l’ampli était cassé et qu’il n’y avait pas de moniteur. Nous ne savions même pas si ça allait marcher avant qu’il n’arrive. C’était le chaos total : c’était plein à craquer, avec de la sueur partout, et tout le monde dansait à fond.

Jordan : Mais ça nous a aussi donné une sorte de mission. La fête a duré 19 heures, je crois : c’est la plus longue que nous ayons jamais faite. Pour la plupart des gens, Herrensauna est une façon sympa d’échapper au train-train quotidien – un espace sûr. Il y a toujours de nouveaux visages, et à vrai dire, c’est ça qui permet au milieu de la nuit berlinois d’avancer : l’afflux de nouvelles personnes. On veut juste faire quelque chose de sympa pour la communauté.
Nicolas : C’était notre motivation depuis le tout début, et ça n’a pas vraiment changé.

@herrensauna

Herrensauna- The Empire- Line Konzert
Isaac Hansen aka Iron Sight de The Empire Line, été 2016. Photo: George Nebieridze.
Herrensauna Berlin Party
Des amis qui se détendent dans la cour. Photo: George Nebieridze.
Queens Herrensauna Party Berlin
Deux habitués, à l'entrée du sous-sol. Photo: George Nebieridze.
Tagged:
Berlin
queer
techno
Clubbing
Fete
herrensauna