une nouvelle étude relie les « thérapies de conversion » aux tentatives de suicide

C’est la première étude majeure à relever l’impact dévastateur des thérapies de « reconversions de genre ».

par Jenna Mahale
|
13 Septembre 2019, 10:36am

Image tirée du film The Miseducation of Cameron Post

La nouvelle est à la foi déprimante, évidente et désormais scientifique : les « thérapies » de conversion augmentent les risques de suicide et les pensées suicidaires chez les personnes trans. Pour rappel, ces traitements pseudo-scientifiques aussi connus sous le nom de « thérapies de réorientation sexuelle » ou « thérapies réparatrices », visent à modifier l'orientation sexuelle des personnes homosexuelles, bisexuelles ou trans.

Des chercheurs ont mené une enquête auprès de 27 715 adultes transgenres, pour examiner l'impact de ces pratiques. Si tous les précédents rapports sur le sujet se sont attachés à la nature même de ces thérapies, censées changer l'orientation sexuelle d'une personne, cette étude, publiée dans le journal JAMA Psychiatry, est la première à démontrer qu'il existe un lien entre les problèmes de santé mentale et les efforts de conversion d'une identité de genre.

Parmi ces découvertes, déjà alarmantes, l'étude dévoile également que les personnes exposées très tôt à ces conversions, précisément avant l'âge de dix ans, avaient quatre fois plus de chances de tenter de se suicider que si ça n'avait été le cas. « Cette étude est primordiale, parce que certains 'experts' continuent de militer pour ces conversion identitaire, notamment pour les jeunes enfants, » explique l'auteur de l'étude, le docteur Jack Turban.

Récemment, ce physicien résident en psychiatrie à la prestigieuse Harvard Medical School faisait une déclaration à NBC News : « Nous espérons que ces découvertes permettront des avancées législatives en la matière, et l'interdiction totale de ces pratiques. »

L'un de ses co-auteurs, Dr Alex Keuroghlian, est également le directeur General Hospital Psychiatry Gender Identity Program. Il pointe du doigt le terme « thérapie de conversion », qui est pour lui un non-sens inapproprié laissant penser que « les conversions sont des pratiques thérapeutiques légitimes. »

De plus en plus, la nature profondément néfaste des thérapies de conversion est exposée et explorée par la culture populaire, avec notamment des films comme The Miseducation of Cameron Post, mais certaines représentations du problème (comme dans une regrettable storyline de Riverdale) ont été sous le coup de critique leur reprochant de minimiser la gravité et la dangerosité d'une pratique malheureusement trop courante aujourd'hui.

En France, depuis le début du mois de septembre, une mission d'information parlementaire se réunit à ce sujet, et un projet de loi interdisant les thérapies de conversion devrait voir le jour en 2020.

Tagged:
LGBT+
suicide
étude
santé mentale
thérapie de conversion