Capture d'écran du film A Sudden Blow, réalisé par Kévin Elamrani-Lince pour Koché

koché s'est mis au cinéma et le résultat fait rêver

Le réalisateur Kévin Elamrani-Lince​ interprète la collection printemps/été 2018 de Koché dans un clip envoûtant à découvrir en exclusivité sur i-D.

par Marion Raynaud Lacroix
|
02 Février 2018, 12:51pm

Capture d'écran du film A Sudden Blow, réalisé par Kévin Elamrani-Lince pour Koché

2017 aura été une année faste pour Koché. Celle d’une collaboration avec le PSG, d’un défilé entre les rayonnages d'une emblématique librairie new-yorkaise, d'un show printemps/été 2018 au coeur d'une église parisienne, d'heureuses rencontres et de sollicitations nombreuses. Une réunion entre mode et littérature, catholiques, agnostiques et supporters dans un élan de sincérité qui semble fait pour mettre tout le monde d’accord. Cette saison ne fera pas exception à la règle : la marque semble décidée à poursuivre sa célébration d'une jeunesse qui refuse fermement les étiquettes mais n'a jamais arboré ses logos avec autant de fierté.

Avec Héléna Klotz pour première invitée, Koché lançait l'année dernière une série de « cartes blanches » offrant à un cinéaste la liberté d’interpréter sa pré-collection. L'idée ? S'éloigner du film de mode pour traduire l’univers de la marque en toute subjectivité. « C'est intéressant de faire appel à des artistes dont les différentes esthétiques vont pouvoir explorer la marque, lui amener une autre patine » expliquait Christelle Kocher. Le film s'intitulait Dream Baby Dream et il suivait une bande de filles magnétiques le long d'un doux rêve éveillé. Pour la pré-collection printemps/été 2018, c'est au jeune réalisateur Kévin Elamrani-Lince que la créatrice a confié le soin d'explorer la galaxie Koché. Connu pour ses clips mettant à l'honneur une nouvelle garde prometteuse - de Triplego à Krampf en passant par Casual Gabberz ou Oklou - Kévin Elamrani-Lince peint un univers en miroir à notre génération, entremêlant paillettes, portables, néons, tendresse et obscurité. Chez Christelle, il a trouvé « une sophistication et un truc un peu plus street » s'accordant à son approche esthétique du rap, deux mondes qui semblaient faits pour coïncider.

Le résultat tient en un film de 23 minutes qui rassemble une bande composée d'Oklou, Lauren Auder, Zuukou Mayzie du 667 et Krampf, qui a également composé la musique du film. « Mon idée de départ, c’était de faire un film choral avec les gens que je connais, et d'essayer de les représenter au mieux », affirme-t-il. Pour Christelle Kocher, c'est la même idée de famille qui continue de se déployer : « J'aime rassembler des personnes qui ne sont pas seulement des modèles, mais des gens capables d'amener leur intensité et leur propre histoire » Un mélange de « cosmologies d’influences » inscrit dans l'ADN de la marque, qui excelle dans l'art de fédérer les talents pour mieux rassembler la jeunesse. À la fois brutes et poétiques, les images célèbrent l'énergie solaire de Koché mais convoquent aussi sa part de rêve, flottant dans les allées d'Eurodisney. « La marque grandit, c'était intéressant d'avoir quelque chose de plus posé, qui soit moins dans le côté festif de la nuit, explique Christelle. Le film est très solaire et lumineux, mais il garde une empreinte nostalgique. » Et il est à découvrir sur i-D.

Tagged:
Mode
Köche
Christelle Kocher
Kevin Elramni-Lince