Publicité

la folie de la mode anglaise en 9 défilés historiques

i-D s'est plongé dans les archives de la fashion week londonienne pour en exhumer le glamour, la décadence et le chic des décennies passées.

par Lynette Nylander
|
20 Février 2017, 4:35pm

Bloggers en goguette, repérage des VIP en front row et after-parties qui n'en finissent pas : la fashion week londonienne revient rythmer le vestiaire des six prochains mois. Mais dès les années 1980 et 90, la mode investit la capitale et les créateurs rivalisaient d'originalité pour façonner leurs défilés, donner forme à leur vision de la mode outre-Manche. i-D a fouillé dans ses archives pour exhumer les shows les plus fous, les plus drôles et les plus radicaux de ces 30 dernières années de fashion week londonienne. Si certaines marques ont aujourd'hui disparu, leurs influences (et leur humour !) ont traversé le temps et continuent d'inspirer les jeunes générations. La preuve en 9 clips d'époque.

Boy London, Acid Collection, 1988
Stephane Raynor — le créateur de la marque BOY LONDON — a passé pas mal de temps à Ibiza dans les années 1980. Une inspiration qu'on retrouve disséminée dans sa collection aux élans clubbing de la capitale anglaise et de l'île espagnole. Résultat ? Un joyeux bordel en hommage à l'acid house rarement égalé.

BodyMap Printemps/Eté 1990
Qui se souvient de BodyMap, l'une des marques les plus populaires de la décennie eighties ? Connus pour s'être adaptés à toutes les morphologies, s'autoriser tous les imprimés et les défilés les plus gargantuesques, ses fondateurs, Stevie Stewart et David Holaf, ont émerveillé et réveillé les consciences de l'époque

Le premier défilé de John Galliano, 1984
Aujourd'hui, la seule évocation de « John Galliano » suffit à faire vibrer la moitié de la planète. Oui. Mais à l'époque et avant son règne chez Dior, le directeur créatif de Margiela était un jeune étudiant, fraîchement diplômé de la Central Saint Martins. Promotion ? 1984. Sans le sou et des idées plein la tête, John crée la même année sa collection intitulée Les Incroyables, inspirée par la Révolution française. La collection a été entièrement rachetée par Browns. Le reste appartient, comme on le sait, à l'histoire.

Bernadette Corporation ) la ICA, début des années 1990
Les festoyeurs les plus réputés de la décennie dernière reconvertis en label ( Bernadette Corporation) ont investi la scène mode de Londres. Ses illustres membres - Bernadette van Huy, John Kelsey et Antek Walzcak - ne se montraient qu'à la nuit tombée, fuyaient les interviews. Ce n'est pas leur discrétion mais leur esprit d'avant-garde qu'on retiendra : B.C est un des premiers collectifs à s'être frotté à la performance, l'art et la mode en même temps. Bernadette enrichissait chacune de ses collections d'une réflexion sur la culture contemporaine et notre consommation, la preuve en images.

Katherine Hamnett, 1985 et 1991
Katharine Hamnett est une des pionnières de la mode britannique. Ses t-shirts politiques ont amorcé l'ère de l'activisme à même la poitrine. Katherine était aussi la reine du prêt-à-porter chic et éthique et l'une des premières créatrices à se soucier de l'avenir - celui de l'industrie de la mode et celui de la planète. Légendaire et en avance, on vous l'a dit.

Duffer of St George, 1992
Les fondateurs de Duffer, Eddie Prendergast, Barrie Sharpe, Marco Cairns et Clifford Bowen ont révolutionné le streetwear des années 1980. Pour s'en convaincre, il faut rappeler que leur magasin sur D'Arblay Road, en plein Soho, est devenu un incubateur de talents en matière de mode. Cette prospérité propre à une époque, on la retrouve dans la vidéo du défilé Duffer qui s'est tenu au prestigieux National Theatre en 1992. En fond sonore, Barrie mène l'orchestre.

John Maybury/ Rifat Ozbek, 1989
Avant que John Maybury ne devienne un grand réalisateur de films, il était étudiant à la Central Saint Martins. Avec son ami de l'époque (le créateur Rifat Ozbek), il donnait sa vision du monde, de la mode et de la cosmogonie dans une collection à quatre mains, filmée à l'occasion de la fashion week londonienne de 1989. Cherchez bien Yasmin Le Bon, cover girl i-D et mannequin de la 15ème galaxie qui arpente le podium de John Maybury.

Christopher Nemeth, Hard Work, 1994
Christopher Nemeth est une figure majeure de la décennie eighties. Pour la comprendre, il faut se remémorer la création de la House of Beauty and Culture, studio et shop phare de la scène mode londonienne dont Christopher Nemeth, était l'un des fondateurs. Pour son défilé Hard Work, le créateur s'est associé au photographe Mark Lebon, à la styliste Judy Blame et s'est envolé pour Tokyo. Histoire de marquer l'année 1994.

Joe Casely Hayford Automne/hiver 1991
Avant qu'il ne signe ses collections à quatre mains, Joe tenait les rênes de Casely Hayford tout seul. Ses défilés, toujours en marge de la bienséance, étaient à l'image de ses pièces hyper-féminines, libératrices en rouge et cuir. Pour l'hiver 1991, les mannequins se sont invitées à danser sur le podium.

Credits


Texte : Lynette Nylander
Sélection : Max Clark

Tagged:
Londres
défilés
fashion weel londres 2017
mode anglaise