Elle wears Coat, jacket and trousers Dior. Sneakers Reebok.

elle fanning prend la parole

Elle n'a jamais eu Facebook, a verrouillé son compte Instagram et ne parle jamais de sa vie amoureuse. Elle Fanning est discrète mais n'hésite pas à élever sa voix pour parler de son nouveau film, About Ray, la chronique adolescente d'une fille qui se...

par Francesca Dunn
|
25 Septembre 2015, 3:55pm

Elle wears Coat, jacket and trousers Dior. Sneakers Reebok.

Costume Vetements.

Chemise Jil Sander. Veste Calvin Klein Jeans. Pantalon Dior.

Manteau et Gants Alexander McQueen.

Manteau et pantalon Dior. Baskets Reebok.

Manteau et veste Anthony Vaccarello. Chapeau The Leather Man.

Top Anthony Vaccarello.Soutien-gorge Saint Laurent by Hedi Slimane. Pantalons Dior.

Veste Givenchy by Riccardo Tisci. Chapeau Kaufman's Army Surplus.

Costume et soutien-gorge Saint Laurent by Hedi Slimane. Pendentif (porté tout du long) Repossi.

Veste et pantalon Louis Vuitton. Gants Alexander McQueen.

Veste et soutien-gorge Saint Laurent by Hedi Slimane. Pantalon Dior. Pendentif (porté tout du long) Repossi.

Chemise Jil Sander. Veste Calvin Klein Jeans. 

Elle Fanning ouvre les yeux - tout juste sortie du lit. Loin des fards clinquants d'Hollywood, son habitat qu'on croirait naturel, la jeune actrice de 17 ans s'éveille et traîne encore en pyjama dans sa maison de la cité des anges. Sa soeur Dakota est de retour pour le week-end ce soir. Un événement auquel ses parents et la jeune fille se préparent - surtout Elle, qui doit ranger la chambre de sa soeur où elle s'est installée. Selon IMDb, la jolie californienne travaille sur plus de dix films en ce moment. Et quand on lui demande comment elle parvient à gérer tout ça, Elle explose de rire dans un élan de spontanéité. "Je suis sur tous les fronts, se reprend-elle. Mon année va être très chargée." Cet été, la jeune fille, libérée de ses engagements en tant qu'actrice, a pu savourer son été comme tous les gens de son âge. "Je vois mes copains tout le temps, je vais à la plage, je traîne. Bon, et je fais quelques séries photos, aussi." Elle glousse; et c'en est presque contagieux. Dans ses nombreuses séries photo, il y a celle faite pour i-D, une couv qui lui ressemble. "C'était très très cool et très excitant de faire cette série, j'ai enfin l'air plus sérieuse!" Un sentiment que partage Alastair Mckinn, notre fashion director. À propos du shoot, il raconte: "Elle est incroyable. Personne ne doutait de ses fabuleux talents d'actrice. Mais ce shoot était vraiment l'opportunité de la voir poser comme une grande. C'est une fille très cool - au clin d'oeil très chic."

Tandis qu'Elle se défait peu à peu du carcan de la petite fille en proie à tous les tourments (Babel à 8 ans, L'Étrange histoire de Benjamin Button à 12, Somewhere, Super 8, etc.) son prochain (et premier rôle) dans About Ray de Gaby Dellal sera l'occasion de la découvrir sous une tout autre lumière. L'histoire se passe à New-York. Une adolescente veut devenir un homme et nous la suivons à travers sa transformation. De Ramona à Ray, on s'est demandé comment la jeune actrice s'était documentée pour ce rôle si délicat.

À l'école, nous glisse-t-elle, j'ai des amis transgenres. Et nous avons un groupe LGBT et une alliance gay-hétéro. Mon école est très ouverte, mais je sais que d'autres le sont encore trop peu." Elle voulait ce rôle à tout prix: "Je savais que ce film constituerait un vrai challenge.Mais je n'ai pas abandonné. Il fallait que je le fasse. Pour mes amis…et pour que les gens sachent enfin.

Ce film ne pouvait pas mieux tomber. Aux côtés de Naomi Watts (la mère de Ray) et de Susan Sarandon (sa grand-mère), Elle ouvre de nouveaux horizons et s'empare avec justesse d'un rôle que peu d'acteurs jusqu' alors ont eu l'opportunité d'interpréter sur grand écran. Mais les mauvaises langues n'ont pas tardé à s'agiter. Dellal a avoué les raisons qui l'avaient poussée à choisir Elle plutôt qu'une jeune actrice transsexuelle. Mis à part les raisons financières - tout le monde sait que le financement d'un film dépend, quoi qu'on en pense, des noms qui font le générique - la réalisatrice a choisi de mettre en scène une jeune fille sur le point de se transformer en homme, avant sa prise de traitements hormonaux. Son corps est donc toujours celui d'une jeune femme. Et quelle façon plus éloquente, pour sensibiliser la jeune génération, que de prendre une jeune fille qu'ils connaissent tous et qu'ils admirent ? "Je voulais être juste, et respectueuse envers mon personnage, nous explique-t-elle. Beaucoup d'adolescents sont dans cette situation, et qui se débattent comme Ray dans la vie de tous les jours." Pour s'entraîner à jouer, Elle a pris rendez-vous par Skype avec des jeunes transgenres. Elle a été surprise qu'ils se livrent si ouvertement : "Ces ados sont tellement courageux. Je ne suis même pas sûre que j'aurais été capable de raconter mon histoire à un inconnu planqué derrière son ordinateur. Vous savez, ils ont écouté toutes mes questions avec bienveillance et patience, j'ai énormément appris grâce à eux." Elle a aussi passé beaucoup de temps sur les chaînes Youtube des adolescents transgenres. Elle a lu, écouté, observé et appris les codes d'une communauté qui cherche à se faire entendre. Et qui se bat tous les jours.

Tandis qu'Elle est, de son propre aveu, une fille coquette jusqu'au bout des ongles, Ray est un garçon manqué qui skate à longueur de journée. Un tel décalage aurait pu lui faire peur. "Je ne l'avais jamais fait avant et au début, j'étais vraiment une poule mouillée, avoue-t-elle le sourire au coin des lèvres. Je donnerais tout pour revenir à l'endroit où j'ai appris à skater. Tout le monde était vraiment cool." En réalité, apprendre à skater ne lui a pas posé trop de problèmes. La difficulté était ailleurs - s'immiscer dans l'imaginaire de Ray, par exemple. "Il s'agissait bien plus que de jouer un garçon. Il y avait beaucoup de complexité. Être dans le corps et la tête d'une fille qui veut devenir un garçon." Elle nous explique que ce rôle l'a transformé, elle, et sa vision du monde. En redevenant la jeune femme qu'elle était, à chaque fin de journée de tournage, Elle avait l'impression d'avoir perdu une partie d'elle-même. À New-York, où le tournage se déroulait, Elle Fanning parcourait la ville comme si elle était Ray. Elle restait habillée en Ray pendant les pauses dej'. Un jour, alors qu'elle avait le menu entre les mains, la serveuse s'est approchée pour lui dire :"Monsieur, que désirez-vous?" Elle nous raconte cette anecdote avec un brin de fierté et beaucoup d'émoi : "J'ai eu l'impression de ressentir ce que Ray aurait toujours voulu vivre; qu'on le prenne enfin pour un garçon. Mais j'ai aussi vécu l'extrême inverse tandis que je sortais du Starbucks, toujours habillée en Ray. Deux mecs taillés comme des armoires à glace m'ont dévisagé pendant très longtemps. Ils n'ont rien dit mais leur regard en disait long. Personne ne m'avait jamais regardée comme ça, ça m'a beaucoup surpris. Je me suis demandée ce qu'ils pensaient." Peut-être étaient-ils un peu déconcertés de voir Elle Fanning, un latte à la main, sapée comme un petit mec.

"À mes yeux, la question des transgenres n'a pas à être débattue. On a tous le droit de devenir la personne qu'on souhaite être. J'ai toujours pensé de cette manière, et depuis mon dernier rôle, je le ressens encore plus fort. Nous devons simplement nous accepter les uns les autres." Le monde dans lequel nous évoluons est en train de changer. Radicalement. Les personnes transgenres se dévoilent sur la toile, les podiums, à la télé, dans la musique et au cinéma. L'opinion générale glisse, elle aussi, en faveur du troisième sexe. Elle Fanning ne cache pas son admiration pour Jazz Jennings, (la militante trans tout juste âgée de 14 ans et star de la télé) ni pour Caitlyn Jenner: "J'étais trop contente quand le Vanity Fair est sorti, nous avoue-t-elle. Et les commentaires étaient tellement positifs. C'est vraiment un acte de bravoure de parvenir à s'assumer, même à 60 ans, il n'est jamais trop tard pour s'accepter." Elle croit au changement, à un monde plus solidaire. Et à une appréhension différente du genre et de l'être : 

Mes enfants, et les générations futures regarderont en arrière et se souviendront des noms de Caitlyn Jenner, Jazz Jennings et Laverne Cox. Les premiers à crier haut et fort leur identité. Et à en être fiers.

Elle est une enfant de la génération Z. De plus en plus conscients des limites d'Internet, elle et d'autres jeunes acteurs ont décidé de ne rien dévoiler de leur vie privée sur la toile. Bien sûr, on l'a repéré en couv' du Daily Mail et des tabloïds. Et on a pu lire "Wow! Elle Fanning mixe glamour et naturel dans son ensemble très girly!" ou encore :"Tellement 70's! Elle Fanning sans maquillage reste fraiche avec sa robe en denim!" et enfin…notre préférée "Elle est comme nous! Fanning a une petite faim et sort d'un Taco Bell avec sa maman!" Fanning ne se cache pas. Mais elle ne donne aucun indice à la presse et aux médias sur sa vie privée. Elle n'a jamais eu Facebook et bien qu'elle ait un compte Instagram privé pour ses amis et sa famille, elle s'étonne qu'autant de comptes pirates sur elle existent et comptent des milliers de fans. Malgré les conseils répétés de ses amis qui l'incitent à rendre son compte public (pense aux followers!) Elle reste fidèle à ses engagements. "Est-ce qu'une partie de moi s'envolera quand j'aurais cliqué sur le bouton 'public'? On ne sait jamais, dit-elle en laissant échapper un petit rire. 

Un compte Instagram public est un boulot à plein-temps. Ceux qui s'exposent comme ça ont toujours de super photos et des petites citations bien choisies. Le mien ne ressemble pas du tout à ça. Être cool ou ne pas l'être…quelle pression!

Elle Fanning a la tête bien faite. Et une belle éducation. Malgré son emploi du temps de ministre, elle n'a pas l'impression de passer à côté de sa jeunesse, ni de ses 17 ans. Consciente de ses privilèges, l'étoile montante d'Hollywood aime à se rappeler qu'elle a la chance de "rencontrer des gens géniaux. Et pour une jeune personne, j'ai beaucoup côtoyé le monde des adultes. Je suis très sociable. Et je parle toujours à tout le monde." En plus de sa politesse et de son ouverture d'esprit, Fanning s'est découvert une passion pour le skateboard. On vous parie qu'elle ira loin. La magie d'Hollywood ne finit pas d'opérer, et l'adolescente est toujours aussi excitée lorsqu'elle pose ou foule le tapis rouge "comme au premier jour". Et ce matin ? "Rien de dingue. Je reste à la maison" dit-elle en riant.

Elle ne tient pas en place. Sa soif d'être et de jouer une autre est intarissable. Elle passe d'ailleurs ses journées à imaginer ses prochains personnages. "J'espère vraiment être actrice toute ma vie. C'est tout ce que je veux faire" nous dit-elle. En ce moment, elle rêve de tourner avec sa soeur dans un film. "Et réaliser aussi. J'en ai très envie." On lui suggère de faire une pierre deux coups en co-réalisant avec sa soeur, Dakota. "Oh non! Mon dieu! On passerait notre temps à s'engueuler! Ou on ressemblerait aux frères Cohen…non, je ne pourrais pas."

Entre deux tournages, (coucou 20th Century Womenavec Greta Gerwig etThe Neon Demonavec Christina Hendricks, Jena Malone et Abbey Lee), Elle Fanning pourrait bien avoir l'audace de tenir une caméra. Ou peut-être qu'elle devrait, tout simplement, continuer à vivre ses rêves: photographier ses amis, s'interroger sur le monde afin de mieux s'imprégner de la matière qui fera, "peut-être un jour" son film. Ses ambitions sont grandes, et nul doute qu'Elle parviendra à les atteindre. Elle incarne une nouvelle jeunesse : informée, libre, consciente des limites et des dangers des réseaux sociaux et heureuse de transmettre son savoir et son vécu au monde. Elle ne sur-joue pas son côté cool: elle est cool. Si elle pouvait donner un conseil aux plus jeunes, lequel serait-il ? "L'avenir te réserve de belles surprises, accroche-toi, donne tout ce que tu as… et tout ira bien."

Credits


Texte Francesca Dunn
Photographie Collier Schorr 
Fashion Director Alastair McKimm
Hair Holli Smith at Total Management using Bumble and bumble
Make-up Lisa Storey at The Wall Group using Chanel AW 2015 and Chanel Body Excellence
Nail technician Ashlie Johnson at The Wall Group using Chanel le Vernis
Set Design Peter Klein at Frank Reps
Digital technician Jon Ervin
Photography assistantce Ram Gibson, Cris-Ian Garcia
Styling assistance Lauren Davis, Katelyn Gray, Sydney Rose Thomas, Isa Kriegeskotte
Hair assistance Nathan Nguyen
Prop assistance Maxim Jezek, Sean Fabi
Production Connect the Dots Inc. Wes Olson, Jane Oh, Cassandra Bickman

Tagged:
Culture
Elle Fanning
Collier Schorr
Alastair McKimm
francesca dunn
about ray
the lgbtqi-d issue