dior homme fait renaître le mythe boy george

L'artiste prend la pose aux côtés du rappeur A$AP Rocky, de l'acteur américain Rami Malek et du mannequin Ernest Klimko.

|
janv. 10 2017, 10:01am

Après s'être tourné du côté de Larry Clark, Kris Van Assche fait renaître le mythe new-wave en sacrant l'un de ses pionniers : Boy George. Celui qui, dans les années 1980, prenait le relai d'artistes comme Bowie ou de groupes comme Roxy Music et participait au premier déclin des genres, des attributs et des cases. C'est à lui qu'on doit en partie le mouvement du nouveau romantisme, né à Londres, ou encore le groupe mythique Culture Club - un patchwork de tout ce que les contre-cultures musicales anglaises ont de paillettes, de queues-de-pie, de gris-gris et de chapeaux hauts-de-forme. Boy George est l'une des plus grandes figures queer de ces dernières décennies et reste le représentant d'une contre pensée, d'un futur auquel on continue d'aspirer. 

On le retrouve donc sous l'objectif de Wily Vanderperre aux côtés du rappeur A$AP Rocky, de l'acteur américain Rami Malek et du mannequin Ernest Klimko. Là encore, des égéries qui, sur le papier n'ont pas l'air de se ressembler mais qui rassemblent, chacun à leur façon, un segment de la jeunesse. Cette collection était un hommage du créateur à son adolescence en même temps qu'une célébration des contre-cultures dans tout ce qu'elles comptent de différences. La campagne lui fait honneur comme rarement.