les contes de perez pour noël

Le chanteur à la voix sombre chante la villa Noailles et vous offre son oeuvre, l'Hôte, à écouter ici, en exclusivité pour Noël.

par Micha Barban Dangerfield
|
25 Décembre 2015, 11:10am

C'est Noël. Du coup, on vous met la voix sombre et posée de Perez sous le sapin. Il vous y conte l'histoire d'un homme parti à Hyères sur un coup de dés. Une errance déroulée sur synthé qui se décline en quatre actes. L'Hôte. Le timbre sulfureux, Perez scande son intrigue et rythme sa prose ; L'Hôte rencontre une femme sur son chemin qui le mènera dans un château. D'abord étranger, presque prisonnier, le personnage devient petit à petit maître des lieux, architecte de l'espace.

Ici, comme à son habitude, l'artiste renoue avec le passé et le conjugue au présent. Son oeuvre "se situe à la croisée d'influences musicales diverses : les pièces radiophoniques de Joe Frank, les opéras minimalistes de Robert Ashley ou Gavin Bryars, les collaboratons entre Jacques Demy et Michel Legrand ainsi que les morceaux logorrhéiques de Dashiell Hedayat et Pierre Vassiliu" explique-t-il. Ce conte, Perez l'avait écrit en hommage à la villa Noailles à l'occasion du Festival International de Mode et de Photographie de Hyères l'année dernière. Une installation sonore qui retrace le destin de la villa et narre ses métamorphoses passées. Carrefour d'artistes en villégiature, de Buñuel à Dali en passant par Man Ray, la crème de l'intelligentsia artistique y a posé bagages pour s'inspirer de sa démesure et participer à ses fredaines. C'est toute une mythologie que nous rapporte Perez dans ses murmures - une semi légende."Le récit proposé est un récit fantasmé dans lequel le destin de la villa est évoqué par touches et références. Il ne se soucie pas de la vérité historique mais emprunte aux historiettes associées au lieu, qu'elles soient tirées de biographies de ses hôtes ou des oeuvres d'art qui yont été réalisées et financées." nous explique l'artiste-chanteur. En faisant un pas de côté, on se rend compte que l'Hôte est en réalité la personnification de l'art contemporain - celui qui, d'abord étranger à la villa Noailles, s'est emparé de la bâtisse alors qu'elle croupissait sous le poids du temps et a fini par y régner en maître - en maestro. Joyeux Noël monsieur Perez. 

@perez

Credits


Texte : Micha Barban-Dangerfield
Photographie : Dorothée Smith et Amira Fritz. 

Tagged:
Noël
Hyères
Conte
perez
villa noailles
festival international de mode et de photographie
l'hôte