première : fhin - those waves

L'homme-orchestre de 23 ans livre son nouveau morceau en exclusivité sur i-D. Un mélange parfait entre trip-hop, future music et pop.

par VICE Staff
|
24 Mai 2016, 1:20pm

Fhin fait partie d'une génération qui se fout grandeur des frontières et des genres. Homme-orchestre, ce guitariste, pianiste, chanteur et producteur parisien de 23 ans, signé chez Délicieuse Records, a tout appris sur le tas et n'a jamais vraiment donné d'importance au mot qu'il mettrait sur son univers musical. Mais ne vous méprenez pas, le phénix français écrit la musique du futur sans jamais pour autant désacraliser celle du passé. Du pianiste Keith Jarret à Massive Attack en passant par Jacques et l'Impératrice, aucun génie n'échappe à l'oreille surdouée de Fhin. Aujourd'hui il livre son tout nouveau titre, Those Waves, en exclusivité sur i-D. Une ballade pop hyper planante et rondement menée - nappe après nappe, jusqu'à l'apothéose puis la redescente. On ne pourrait manquer de parler de son chant, aussi confiant que sage, qui témoigne lui aussi de la maturité du producteur. On l'a donc rencontré pour parler de future beat, d'environnement et d'avenir.

Peux-tu nous raconter tes débuts dans la musique ? On lit souvent que tu es autodidacte. Raconte-nous ce que tu as appris seul...
Plus jeune j'étais surtout à fond sur la batterie, comme je progressais rapidement, j'ai décidé de prendre quelques cours. J'ai appris à jouer du piano en voulant rejouer des compositions de Philip Glass et Keith Jarret sur le piano de la maison. Pour la guitare ça s'est fait en jouant avec des amis à droite à gauche. Ma mère chante toujours en voiture et a la manie de chanter la tierce de ce qu'elle entend. Du coup les harmonies sont devenues plus naturelles dans ma tête, j'ai appris à placer ma voix sur des mélodies grâce à ça. J'ai ensuite joué dans quelques groupes et j'ai fini par faire mes propres compositions.

Ton univers musical oscille entre pop, trip-hop, future beat. Qui sont tes maitres à penser ?
Il y a beaucoup d'artistes qui m'ont marqué et qui m'inspirent encore aujourd'hui. Je ne pense jamais à un groupe ou un artiste en particulier quand je compose, c'est plus une pulsion pendant une improvisation au piano, ou une idée qui me passe par la tête et qui lance le processus, mais j'imagine qu'inconsciemment je puise en ceux que j'ai le plus écoutés, notamment les Floyd, Massive Attack, Phoenix…

D'ailleurs c'est quoi le future beat pour toi ? Il semble appartenir à une génération qui ne saurait se contenter d'une musique cloisonnée. C'est vraiment le son du futur selon toi ?
J'entends ce terme un peu partout en effet ! En entendant Future Beat je pense à Flume surtout, c'est clair que c'est lui qui à offert ce type de sonorités au grand public. C'est agréable de voir que même la pop est influencée par ce style maintenant, ça change un peu le paysage radio, on peut entendre des trucs super intéressants dans certains tubes. C'est un genre qui s'appuie beaucoup sur la maitrise de la production sur logiciels de sons, on peut entendre des sonorités incroyables. Pour moi c'est pas tellement un genre mais plus une fenêtre sur plein de choses nouvelles, c'est comme si tout était en ébullition en ce moment c'est hyper excitant !

Que penses-tu du paysage électro et future beat français ? Peux-tu nous dire qui sont tes producteurs français préférés ?
Il y a un tas de projets super intéressants qu'on peut entendre en France en ce moment, je pense à des artistes comme Superpoze, Paradis, l'Impératrice, Jacques ou encore mes amis de Postaal, Dune, JUDY ou Camel Power Club pour en citer que quelques-uns. Du côté du publique j'ai la sensation que de plus en plus de monde s'intéresse aux groupes émergents et aux nouvelles tendances, les gens sont plus ouverts et le sont plus tôt.

Quelle est la suite ?
En ce moment je travaille dur sur le live aussi, je voudrais lui donner une nouvelle dimension, le faire vraiment passer à un stade supérieur avec un vrai show visuel, quelque chose de vraiment propre au projet. Je commence également à bosser sur mon 2eme EP pour lequel je suis allé enregistrer 2 super chanteuses dans les studios EMI à Londres avec l'équipe de mon label Délicieuse Records.

Parlons encore un peu du futur. Où te vois-tu dans 5 ans ?
Idéalement, comme un artiste respecté, ayant la chance de collaborer avec des personnes établies tout en puisant toujours dans le vivier de jeunes artistes. Cette remise en question permanente est la clé pour persister et se réinventer, ce qui est fondamental lorsqu'on fait de la musique. On est jeunes que très peu de temps, c'est important de rester au contact de cette fraîcheur en permanence. J'espère pouvoir voyager un maximum pour partager ma musique, c'est vraiment ce que j'espère de tout coeur réussir à faire grâce à ce projet.

Si tu avais le pouvoir de changer une chose au monde, ce serait quoi ?
Sans hésitation ni originalité la relation de l'être humain vis-à-vis de son environnement naturel. Je suis d'ailleurs ravi de pouvoir défendre ça avec ma musique en ayant la chance de jouer au We Love Green sur la scène des Inrocks Lab.

Fhin

Pour la release party c'est ici.

Credits


Photographie : Genevieve Dieng

Tagged:
trip-hop
délicieuse records
fhin
future beat
those waves