Photographie Madison Voelkel et Hanna Tveite.

Les meilleures collections de la New York Fashion Week AW22

De Peter Do à Maryam Nassir Zadeh, les plus grands designers de la ville donnent le coup d’envoi du mois de la mode avec style.

Photographie Madison Voelkel et Hanna Tveite.

Nous y sommes à nouveau. C’est le mois de la mode et nous donnons le coup d’envoi dans la ville qui ne dort jamais, la Grosse Pomme, vous l’avez deviné… New York. Les défilés de la saison dernière IRL, les premiers à compter depuis longtemps , nous ont donné une nouvelle vie. De ce que nous avons vu jusqu'ici, la New York Fashion AW Week 2022 ne va pas nous décevoir non plus.

Les marques références comme Proenza Schouler, Coach et le nouveau héros récemment désigné Peter Do sont rejoints par des nouveaux venus qui font le buzz comme Elena Velez et Saint Sintra, dont les premières collections lancées la saison dernière les ont mis sur la carte de la mode. Nous verrons également des collections remarquables venant de nos marques favorites - Maisie Wilen, Maryam Nassir Zadeh et Puppets and Puppets, pour n’en citer que quelques-unes. Cela fait beaucoup, on sait, mais la bonne nouvelle c’est que vous saurez tout sur ce qu’il y à savoir sur les collections les plus excitantes de la saison AW22, revues et photos incluses, juste ici. Accrochez-vous les amis, parce que ça ne fait que commencer !

Telfar

Après avoir mis sur pause leurs défilés ces deux dernières années, Telfar et ses co-dirigeants Baback Radboy et Avena Gallagher ont présenté mercredi un événement intitulé “WOW” au Pier 17 du South Street Seaport. Ce point d’orgue de la semaine new-yorkaise fut en partie l’occasion du lancement d’une courte vidéo documentant leur pratique cinématographique en cours, un processus improvisé et non extractif baptisé Telfar TV. La chaîne a été lancée à l’automne dernier en collaboration avec The Umma Chroma, “une communauté Noire autour du cinéma” emmenée par Terence Nance. La projection était ponctuée de contenus générés par les spectateurs, de voix-off d’universitaires, de poètes et d’artistes Noirs Américains, ainsi que par des vidéos d’appels de clients exubérants s’extasiant devant de nouveaux coloris, et le lancement de produits en temps réel.

Une femme dans l’assistance jubilait après avoir appris qu’elle avait gagné un nouveau sac de couleur chocolat pendant le jeu télévisé à la pause, une recréation de la Roue de la Fortune. Une autre super fan, entourée de ses précieux articles Telfar qu’elle avait collectionné avec le temps, dansait avec abandon dans un grand sac anti poussière estampillé Telfar.

La collection est partie d’idées initialement développées pour les uniformes de l’équipe du Libéria aux Jeux Olympique 2020. Une exploration de jerseys et de polaire sous la forme de hoodies colorés, de shorts dauphin rétro convertis en leggings, de shorts de basketball remodelés en pantajupes, et de T-shirts XXL du début des années 2000 - à l’époque où la Crime Mob était omniprésente - portés comme des tuniques. Le défilé s’est poursuivi avec des tricots côtelés, un classique de la maison, des références aux t-shirts “Customer”, et beaucoup de jean: du mini-short sur body et bottes rouges, une évocation du drapeau panafricain, à des jeans exagérément larges avec des emplacements expérimentaux pour les poches. La collection a également présenté un nouveau sac, The Circle. A un moment donné un mannequin dans un maillot de corps noir s’est mis à courir partout, partageant avec les clients un QR code avec un lien pour acheter directement au pied du podium. Tout s’est déjà vendu.

Telfar AW22 Runway Look
Photograph by Dan Lecca
Telfar AW22 Runway Look
Photograph by Dan Lecca
Telfar AW22 Runway Look
Photograph by Dan Lecca
Telfar AW22 Runway Look
Photograph by Dan Lecca
Telfar AW22 Runway Look
Photograph by Dan Lecca
Telfar AW22 Runway Look
Photograph by Dan Lecca
Telfar AW22 Runway Look
Photograph by Dan Lecca

Commission

Les designers derrière Commission, Dylan Cao, Jin Kay et Huy Luong, ont toujours abordé leur manière de s’habiller de manière très personnelle: leur première collection était une ode à la travailleuse Est-Asiatique des années 80, et s’inspirait de la mère de Huy. Huy et Dylan ont tous les deux grandi au Vietnam, et Jin en Corée du Sud. Les collections qui ont suivi exploraient leur héritage commun, à travers une offre déclinant jean, robes de soie et pièces séparées, vêtements d’extérieur impeccables et coupes déstructurées.

Aujourd’hui, après sept saisons, Commission a plus d’assurance pour secouer certaines de leurs silhouettes signatures et brouiller un peu les pistes. La collection AW22 ‘Fast Riders, Slow Dancers’ explore des “classiques” du répertoire Américain, et voit un croisement harmonieux entre vestiaires masculin et féminin. Des chemises blanches Oxford impeccablement taillées et des pantalons de travailleur sont visibles sur tous les corps, de même que des gilets et vestes à chevron deux-en-un. Le jean et le cuir ne sont pas en reste non plus, tous deux utilisés pour élever le quotidien, visibles sur les sacs à main, les ceintures à boucle XXL et ce qui ne peut qu’être considéré comme le parfait jean évasé.

Selon l’équipe, “Nous pensons que c’est un défi, en tant que designers non-Américains, de voir ces pièces classiques à travers notre propre regard”. “La collection est un vrai mélange d'éléments jugés “représentatifs” du vestiaire américain comme le sportswear, le jean, l’Ouest Américain, les road trips à moto à travers le pays… Mais aussi en ajoutant un peu du vestiaire preppy Ivy League, des éléments gothiques et même une petite touche de Harajuku. Cette forme d’expression éclectique est très Commission.”

Apparemment, une autre chose “très Commission” est d’avoir créé une des collections ayant généré le plus de buzz à la New York Fashion Week, sans même présenter un défilé à proprement parler. La hype du sur rendez-vous uniquement s’est propagé comme un feu de paille, par le bouche-à-oreille - c’est à ça que tu reconnais à quel point ils sont vraiment bons.

Commission AW22 lookbook
Photography Huy Luong
Commission AW22 lookbook
Photography Huy Luong
Commission AW22 lookbook
Photography Huy Luong
Commission AW22 lookbook
Photography Huy Luong
Commission AW22 lookbook
Photography Huy Luong
Commission AW22 lookbook
Photography Huy Luong
Commission AW22 lookbook
Photography Huy Luong
Commission AW22 lookbook
Photography Huy Luong

Collina Strada

Hillary Taymour de chez Collina Strada n’a rien contre l’expérimentation. De son partenariat avec l’illustrateur de Animorphs à la transformation de ses mannequins en créatures à quatre pattes, en passant par l’exploration incessante de manières innovantes de produire des collections durables pour l’environnement, elle est intéressée de longue date par l’idée d’établir un pont entre les mondes de la mode et de la nature. Cette saison a commencé sur la même note: alors que le public commençait à remplir le Angelika Theater pour découvrir sa collection AW22, des vidéos montraient des chevaux en train de mâcher de l’herbe, des girafes en train de jouer, des coccinelles en train de faire l’amour et des perroquets en train de se toiletter, en lieu et place des habituels pop corn dansants.

Le défilé est ensuite parti dans une autre direction, avec la projection d’un épisode de The Collinas, une parodie de The Hills avec Tommy Dorfman, Kimberly Drew, Aaron Philip, Chloe Wise, Rowan Blanchard et beaucoup d’autres de son entourage. Tommy Dorfman est la réponse The Collinas à Lauren Conrad, stagiaire qui avance à tâtons au sein de la marque, apprenant à la dure les dos et les don’ts de la scène mode New-Yorkaise. Ne prends pas de photos volées de mannequins sur le plateau, et quoi que tu fasses, ne mange pas de sandwich au pastrami au déjeuner d’entreprise. Achète une bouteille d’eau durable Collina Strada!

L’autodérision et les bouffonneries mignonnes du parcours de Tommy étaient entrecoupées d’aperçus de la collection. Les looks étaient surtout visibles pendant les interludes de TV réalité introduisant chaque nouveau personnage. L’hommage rendu aux années 2000 se voyait dans les habits: des t-shirts universitaires aux pantalons cargo taille basse, des ceintures à oeillets portées par pair, et des pantalons ou leggings portés sous les jupes. Des débardeurs étaient portés par-dessus des robes et des hauts en maille, avec des mitaines pour accentuer chaque look. Il y avait encore plus de vintage présenté pour l’occasion, sous la forme de robes bouffantes présentées pour la première fois lors de la dernière saison. Honnêtement, si vous lisez cette série Netflix, vous devriez regarder le deuxième épisode de The Collinas. C’est pour ça qu’on est là.

collina strada aw22 lookbook
collina strada aw22 lookbook
collina strada aw22 lookbook
collina strada aw22 lookbook
collina strada aw22 lookbook
collina strada aw22 lookbook
collina strada aw22 lookbook
collina strada aw22 lookbook

Gogo Graham

Mardi soir, Gogo Graham a transformé le patio extérieur du club Nowadays à Brooklyn en un terrain de jeu présentant sa collection AW22. Des petites tentes en forme de yourte étaient dressées pour les stands de maquillage et de coiffure, et les mannequins - tous.t.es trans et casté.e.s dans l’entourage créatif de Gogo - se pressaient à l’intérieur déjà vêtu.e.s de leur look avant de défiler sur le podium. L’actrice d’Euphoria Hunter Schafer, qui a clôt le défilé et en est également le sponsor, a capturé le moment sur Instagram avec en commentaire: “Les poupées s’habillent.”

Toutes deux pionnières dans leurs champs respectifs, Gogo et Hunter se sont rencontrées il y a quelques années, sur le tournage d’une vidéo pour Vogue, et sont depuis devenues amies. La designeuse californienne désormais basée à Brooklyn est connue pour ses défilés fantastiques - un incontournable de la New York Fashion Week présenté hors calendrier depuis maintenant dix saisons - mais aussi pour ses engagements de longue date pour rendre la mode plus inclusive. “Représenter les femmes trans par des femmes trans”, nous avait-t-elle dit en 2015. Hunter est clairement liée au monde de la mode, mais c’est la vision prémonitoire et l’esthétique unique de Gogo qui lui a donné envie de soutenir la marque.

“Honnêtement, qui d’autre emploie exclusivement des mannequins trans pour présenter leur travail? Elle le fait depuis ses tout débuts", nous raconte Hunter,  expliquant que Gogo est une inspiration pour beaucoup de personnes qui se sentent exclues de l’industrie. “C’est un monde à construire dont je rêve, et j’imagine que la plupart des personnes dans ma communauté également. C’est vraiment magique de voir ça dans la mode aujourd’hui.”

Cette magie irrigue également les vêtements de Gogo. Quand la designeuse a commencé à créer sa dernière collection, Home, Sweet, Home, l’isolement que nous avons tous vécu ces deux dernières années était dans tous les esprits, de même que les sources de réconfort - des habits confortables pour la maison, des comédies romantiques sirupeuses, etc - et la manière dont notre réalité actuelle semble souvent surréaliste. “J’aime créer une forme de fantaisie avec mes collections, à chaque fois”, déclare Gogo, à quelques heures de son défilé. “[Cette saison] la fantaisie est dans le quotidien et l’ordinaire puisqu’aujourd’hui rien n’est plus ordinaire, mais on est censé prétendre que c’est toujours le cas.” Lisez notre interview complète de Gogo par Hunter ici!

backstage photos at gogo graham aw22
Photography Hedi Stanton
backstage photos at gogo graham aw22
Photography Hedi Stanton
backstage photos at gogo graham aw22
Photography Hedi Stanton
backstage photos at gogo graham aw22
Photography Hedi Stanton
backstage photos at gogo graham aw22
Photography Hedi Stanton

Peter Do

Peter Do en a fini avec le passé. Cela pourrait paraître un revirement par rapport à l’esprit qui imprégnait le défilé Printemps-Été 2022. Il s’agissait d’une réflexion sur l’ascension météorique qui a fait de sa marque éponyme un vaisseau amiral de la New York Fashion Week, mêlés à des souvenirs nostalgiques de rituels culinaires familiaux, et d’êtres aimés disparus. Pour cette saison Automne-Hiver 2022 cependant, le designer a ses objectifs clairement tournés vers l’avenir. “Je voulais consolider la saison dernière comme un moment d’arrivée”, déclare Do dans une présentation pré-défilé. “Avec cette collection, cependant, je pense au futur. Je ne regarde pas en arrière.”

Intitulée “Foundation”,  la collection sert essentiellement de manifeste fondateur - les “préparations pour construire une maison du sol au plafond” selon ses mots - renouvelant ses pièces signatures qui ont fait de la marque une des plus suivies dans la mode à l’heure actuelle. Présenté sur fond d’écrans géants aux teintes Rothko à la Genesis House - le flagship new-yorkais du constructeur automobile sud-coréen en vogue - le défilé diffère sensiblement du romantisme cinématographique de la saison précédente, avec ses grattes-ciel élancés en toile de fond. “On se dirait presque dans Blade Runner”, s’aventure Peter.

Cet esprit techno néo-noir se retrouvait dans les vêtements eux-mêmes. Évinçant les broderies couleur chair de la saison précédente, les cristaux placés à la main, les contours fuyants se retrouvaient dans des lignes graphiques accentuées, des chemises immaculées à pli plat sans cols combinées à des boléros en cuir semblables à des armures, une veste ajustée à coupe carrée avec des à-plats de noir et blanc en diagonale, et des tailles généreuses avec triple ceinture. “Cette saison il s’agissait vraiment pour moi de présenter ce que la femme Peter Do repésente pour moi”, selon les mots de Peter. “Il y a une forte conscience de soi chez elle - un point de vue particulier.” L’interview complète est à lire ici!

a model walking the runway at peter do's aw22 show at new york fashion week
Photography Greg Kessler
a model walking the runway at peter do's aw22 show at new york fashion week
Photography Greg Kessler
a model walking the runway at peter do's aw22 show at new york fashion week
Photography Greg Kessler
a model walking the runway at peter do's aw22 show at new york fashion week
Photography Greg Kessler
a model walking the runway at peter do's aw22 show at new york fashion week
Photography Greg Kessler

Dion Lee

Avec sa collection AW22, Dion Lee a exploré la complexité du mot "Façade". C’est un terme architectural - un cadre conceptuel depuis les débuts de la marque, maintenant dans sa dixième année. Un jeu sur le révélé et le dissimulé qui continue son exploration des tensions sous-jacentes au cœur de la sexualité, un autre fil d’Ariane du designer. Qu’est-ce qui est montré et qu’est-ce qui est caché? Cette saison, des peaux lainées servaient à cacher et à révéler, plusieurs pièces taillées dans des manteaux en cuir surdimensionnés, des petites vestes de motard combinées à des mini-jupes et de la maille, des gants portés avec des corsets correspondants, et des bottes en fourrure ouvertes aux doigts de pied.

De lourds tricots agrémentaient les épaules, les poitrines et les coudes, serpentant autour des poignets des mannequins tandis qu’iel glissaient leurs mains dans leurs pantalons. Il y avait une conversation entre le cuir et la dentelle, chacun travaillant à dominer l’autre, aux côtés de vêtements d’extérieur à capuche et de cagoules qui parfois cachaient le visage, et parfois non. Des tissus brillants aux reflets irisés créaient une ambiance de métavers, posant la question de ce que cela signifie d’être présent sans être là du tout.

a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week
a model walking the runway at dion lee's aw22 show at new york fashion week

Connor McKnight

Pour la saison AW2022, Connor McKnight a tourné ses pensées vers l’époque de la Reconstruction, une brève période avant les lois Jim Crow lorsque les personnes qui avaient été réduite en esclavage furent garantis les mêmes droits que tous par la Constitution. C’était un temps où les hommes et les femmes libres cherchaient la dignité qu’ils méritaient à travers un travail rémunéré - des emplois qui étaient autorisés pour les personnes Noires, et ainsi considérés comme du “Bon Boulot”, le titre de la collection.

Maintenant dans sa troisième saison, Connor a transformé ses pièces signatures en des formes utilitaristes qui rappelait des vêtements de travail. Inspiré par les uniformes de pêchers, des tricots lourds et des vestes raccourcies en maille et en nylon étaient présentés aux côtés de velours côtelés et des jean dans des silhouettes rétro. McNight propose des combinaisons en polaire, en référence aux Tuskegee Airmen, les aviateurs Noirs qui pilotaient des avions de chasse Américains pendant la seconde guerre mondiale. Il y avait également des pièces femme, incluant un corset en polaire noir attachée par une corde de bungee jumping, de modestes robes fourreau sans manches, et une magnifique robe de chambre noire mettant les couettes à l’honneur réalisées par des femmes réduites en esclavage de Gee’s Bend, Alabama. Une large part de la collection a été réalisée dans des tons sourds en ligne avec les thèmes abordés. Ce qui a rendu une veste de travail couleur safran d’autant plus remarquable, décorée à la main par des motifs floraux qui ressemblaient à des tâches de thé noir. Un moment silencieux de joie pour ponctuer une méditation significative.

a model wearing connor mcknight's aw22 collection
a model wearing connor mcknight's aw22 collection
a model wearing connor mcknight's aw22 collection
a model wearing connor mcknight's aw22 collection
a model wearing connor mcknight's aw22 collection
a model wearing connor mcknight's aw22 collection
a model wearing connor mcknight's aw22 collection

Maryam Nassir Zadeh

Maryam Nassir Zadeh a montré sa collection AW22 au Clemente Theatre dans le Lower East Side lundi après-midi - à un pâté de maisons de la boutique de la designeuse sur Norfolk Street, qu’elle avait transformé en podium sinueux la saison dernière. Cette fois-ci les invités étaient assis sur des gradins tandis que les mannequins entraient sur la scène du théâtre, conférant une sentiment d’élévation pour la proposition “raffinée et élégante” de la designeuse Irano-Américaine. “Je cherche à obtenir une élégance émouvante - un esprit dans les habits”, comme l’explique Maryam en coulisses.”J’adore les habits et je les collectionne, donc je sens qu’il y’a une énergie propre aux vêtements.”

Durant la pandémie, et encore aujourd’hui, la designeuse gravite autour de formes basiques - "voilà ce que tu veux sortir de ton placard”- et espère créer un catalogue de designs intemporels qui puissent être revisités encore et encore. En travaillant exclusivement avec une palette de couleur neutre pour la saison AW22, éclats de rouge, de bleu roi et de violet mis à part, Maryam a pris comme point de départ les silhouettes épurées des saisons précédentes, en leur instillant une dimension “punk rock”. Cela se voit dans les détails: des tops déchirés, des colliers à pointe et des superpositions épaisses que ce soit pour les hommes ou les femmes, inspirées de films de la Nouvelle Vague allemande, des fonds de teint - comme le fard à paupières des années 80 porté par Paloma Elsesser - et des photos de mode iconiques. Comme pour chaque collection de MNZ, il s’agit d’un lieu dans le temps, une humeur, un sentiment, mais jamais un moment fugace.

a model walking the runway at maryam nassir zadeh's aw22 show at new york fashion week
Photography Madison Voelkel
a model walking the runway at maryam nassir zadeh's aw22 show at new york fashion week
Photography Madison Voelkel
a model walking the runway at maryam nassir zadeh's aw22 show at new york fashion week
Photography Madison Voelkel
a model walking the runway at maryam nassir zadeh's aw22 show at new york fashion week
Photography Madison Voelkel
a model walking the runway at maryam nassir zadeh's aw22 show at new york fashion week
Photography Madison Voelkel
a model walking the runway at maryam nassir zadeh's aw22 show at new york fashion week
Photography Madison Voelkel
a model walking the runway at maryam nassir zadeh's aw22 show at new york fashion week
Photography Madison Voelkel

Coach

Quand vous choisissez de montrer le jour de la Saint-Valentin, la date vient avec une grosse dose de romantisme. Stuart Vevers de Coach n’est pas du genre à se dérober de ce genre d’obligations. Il a présenté la nuit dernière sa collection AW22 pour le fabricant de produits en cuir au Pier 36 du Lower East Side. Au lieu d’aborder la question de manière trop littérale - la frontière entre sucré et écoeurant est après tout plutôt fine - le directeur de la création britannique a laissé de côté l’idée d’un podium recouvert de pétales de rose en faveur d’une perspective plus subtile. Cela s’est ressenti le plus fortement dans le décor du défilé - une reproduction “d'une ville quelque part en Amérique”, selon la note d’intention, “où c’est toujours l’heure dorée”. Des images d’une banlieue à la Stranger Things venaient à l’esprit. Impression renforcée par le fait que des tartes aux pommes tout ce qu’il y a de plus Américain étaient offertes avant le défilé aux visiteurs venus de loin.

Plutôt que d’être sentimental ou régressif, cependant, ils donnaient l’impression d’avoir été infecté par un esprit de fille cool. Une confiance en soi iconoclaste qui a vu des pièces historiquement chargées prendre une nouvelle signification pour une nouvelle génération. L’article complet est à lire ici!

a model walking the runway at Coach's aw22 show at new york fashion week
Photos courtesy of Coach
a model walking the runway at Coach's aw22 show at new york fashion week
Photos courtesy of Coach
a model walking the runway at Coach's aw22 show at new york fashion week
Photos courtesy of Coach
a model walking the runway at Coach's aw22 show at new york fashion week
Photos courtesy of Coach
a model walking the runway at Coach's aw22 show at new york fashion week
Photos courtesy of Coach

Puppets and Puppets

Pour la saison AW22 la designeuse Carly Mark de Puppets and Puppets voulait créer une collection qui soit sombre, taciturne et très New York. Le thème était l’assemblée. “Je savais que je voulais des sorcières en train de défiler sur le podium”, nous a-t-elle dit par email. “J’étais concentrée sur le fait de faire défiler des habits que je porterais moi-même - bien plus que pour les saisons passées.”

Maintenant dans sa sixième année, le label indépendant qui a gagné en popularité grâce à ses designs expérimentaux d’avant-garde - référençant la mode décadente de la cour royale et mettant à l’honneur des accessoires de cuisine absurdes - a réussi à trouver un équilibre entre créativité et portabilité. Bien sûr, la saison AW22 propose les pièces excentriques que nous connaissons et aimons chez la marque, comme les robes et jupes, cette fois-ci pointant étrangement sur les côtés, des blouses avec des longues manches pendantes et une robe particulièrement effrayante, ornée d’une chauve-souris découpée en résine. Présentée à la Ukraine National Home pendant qu’un danseur de claquettes performait sur scène, la collection s’appuyait également sur des vêtements fait pour l’achat, comme des tricots avec un logo Puppets, des sacs en cuir sur mesure et des pantalons et costumes impeccablement taillés, réalisés dans une sombre palette d’imprimés en plaid, laine et peau de serpent.

Le look de fin porté par Richie Shazam reflétait l’aspiration de Carly de traduire la philosophie perturbatrice de Puppets en quelque chose de plus facile à porter, autant pour ses amis que pour les distributeurs. “C’était l’un de mes préférés cette saison”, dit-elle au sujet du look. “Un manteau en laine parfaitement taillé avec ce pigment bleu royal imprimé sur la poitrine. Un mélange de classique et d’étrange.”

a model walking the runway at puppets and puppets' aw22 show at new york fashion week
Photography Dan & Corina Lecca
a model walking the runway at puppets and puppets' aw22 show at new york fashion week
Photography Dan & Corina Lecca
a model walking the runway at puppets and puppets' aw22 show at new york fashion week
Photography Dan & Corina Lecca
a model walking the runway at puppets and puppets' aw22 show at new york fashion week
Photography Dan & Corina Lecca
a model walking the runway at puppets and puppets' aw22 show at new york fashion week
Photography Dan & Corina Lecca
a model walking the runway at puppets and puppets' aw22 show at new york fashion week
Photography Dan & Corina Lecca
Tagged:
New York Fashion Week
défilés
AW22