whatsapp, instagram et messenger vont fusionner (et ce n'est pas une bonne nouvelle)

Tu pousses le bouchon un peu trop loin, Mark.

par Antoine Mbemba
|
28 Janvier 2019, 12:32pm

Pour juger de la bonne santé (ou pas) d'une entreprise, il suffit d'observer les réactions populaires à ses moindres annonces. Force est de constater que, depuis que Mark Zuckerberg est apparu tout pâlot devant le Congrès américain, il y a presque un an, la confiance des utilisateurs de Facebook a pris un coup. Chaque news, chaque évènement plus ou moins lié au réseau social est sujet à controverses et suspicions. Récemment, le #10yearschallenge était accusé d'être une manière détournée pour Facebook d'améliorer son algorithme de reconnaissance faciale, et son application de mèmes (« pour les jeunes », donc appelée « LOL »...) était sous le feu des critiques avant même sa mise en ligne.

L'annonce du jour ne devrait en rien soulager la panique de ceux qui, à raison, s'inquiètent de l'évolution de Facebook. Nous apprenions en fin de semaine dernière que WhatsApp, Messenger et Instagram s'apprêtaient à fusionner. En gros, vous pourrez sous peu contacter via Instagram quelqu'un n'ayant que WhatsApp, via Messenger quelqu'un qui n'a qu'Instagram et ainsi de suite. Sur le papier, le projet de Mark Zuckerberg est une simplification qui peu sembler bienvenue. Mais comme d'habitude, en creusant un peu, on réalise que les véritables intentions de la firme ne sont jamais écrites « sur le papier ».

Jusque-là, le simple fait de posséder trois applications qui ont les mêmes fonctions sans l'indiquer clairement à l'utilisateur posait un problème de monopole. Fusionner les trois, c'est échapper aux questions du gouvernement américain. Ensuite, au moment de l'unification des réseaux va se poser la question du cryptage des conversations. Les discussions sont cryptées sur WhatsApp, ce qui n'est pas le cas sur Messenger et Instagram. Reste à savoir si ces deux dernières vont être élevées au rang de cryptage de WhatsApp ou si le niveau de protection va être baissé pour synchroniser le tout. Ajoutez à cela l'éternel souci des données personnelles. Avec d'un côté WhatsApp qui ne demande qu'un numéro de téléphone et Facebook qui exige un nom complet : la fusion c'est la manière parfaite de combler les blancs pour évidemment cibler encore plus précisément les publicités qui nous sont proposées.

Bref, pour citer Matthew Green, professeur de cryptographie dans le Maryland, qui s'exprimait sur Twitter à ce sujet le 25 janvier : « Le résumé de tout ça, c’est que ce changement pourrait être une bonne ou une mauvaise nouvelle pour la sécurité et la vie privée. Mais vu les récents événements et les motivations financières de Facebook, je ne parierais pas beaucoup sur le 'bon'. C’est le bon moment pour retirer les conversations importantes de ces services. » C'est un pro qui vous le dit.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.

Tagged:
Instagram
Facebook
Mark Zuckerberg
whatsapp
données personnelles