1969, année fanatique

Le photographe Baron Wolman est parti à la rencontre des plus grandes fans des Pink Floyd et Jimi Hendrix, à l'occasion d'un numéro spécial groupies de Rolling Stone magazine. Portraits des femmes qui ont changé l'histoire de la mode et de la musique à...

par Emily Manning
|
19 Mai 2016, 10:25am

Le 15 février 1969, le magazine Rolling Stone publiait un numéro spécial intitulé "The Groupies and Other Girls"(Les groupies et les autres filles). C'était la première fois qu'un magazine documentait le quotidien de ces demi-muses musicales (avant ça, le terme "groupie" n'existait pas vraiment) et cristallisait un phénomène qui n'allait pas tarder à devenir sensationnel. Le chef du département photo de Rolling Stone, Baron Wolman a eu accès aux backstages des meilleurs musiciens de l'époque, les Pink Floyd, les Grateful Dead, et le premier à immortaliser les filles autour de ces groupes mythiques. Si ces mecs ont façonné l'histoire culturelle du siècle dernier, les groupies redéfinissaient les codes de la sexualité, de l'expression et du style.

Karen Seltenrich

Après la publication du livre photo de Wolman, Forever Young:Groupies and Other Electric Ladies, les tirages sont exposés jusqu'à fin mai à Toronto, dans le cadre du festival de photographie Contact. "J'ai toujours eu beaucoup d'affection pour les femmes que j'ai photographiées : je connaissais leur vie, leurs rêves, écrit Wolman dans le catalogue de l'expo. J'avais envie de partager leur quotidien au monde entier."

The GTOs

Les images de Wolman capturent l'esprit et le style des plus grandes rockstars de l'époque, de Jimi Hendrix à Jim Morrison. Mais ce sont ses portraits studio des femmes comme Karen Seltenrich ou Pamela Des Barres qui montrent à quel point l'excentricité de leurs silhouettes portait un message plus politique qu'on ne le croit : celui de la libération sexuelle, en premier lieu. "J'ai très vite remarqué que ces filles passaient un temps fou à se préparer, s'habiller, déjouer les codes," confiait Wolmanau New York Times. Elles mixaient des pièces très actuelles à des fripes chinées chez des antiquaires et créaient une nouvelle manière de penser le style. Elles ne se foutaient pas à moitié nues pour plaire aux hommes. Elles s'habillaient comme si elles montaient sur scène."

Emmeretta Marks

Miss Sparky

Karen Seltenrich

Lacy

Credits


Texte : Emily Manning
Images courtesy Iconic Images / Baron Wolman

Tagged:
Groupies
Photographie
exposition
Musique
Fan