joe mckenna sur azzedine alaïa, le docu mode de la semaine

Naomi Campbell, Nicolas Ghesquière, Grace Coddington : tous déclarent leur amour à Alaïa dans un nouveau documentaire intimiste.

|
mars 14 2017, 3:55pm

Le superhéros du stylisme, Joe McKenna, vient de sortir son premier film : un documentaire de 25 minutes shooté au noir et blanc qui retrace la carrière et le quotidien d'Azzedine Alaïa. On y retrouve quelques grandes figures de la mode de Naomi Campbell qui surnomme Alaïa 'Papa' à l'actuel directeur créatif de Louis Vuitton, Nicolas Ghesquière en passant par Grace Coddington du Vogue américain et les critiques mode très réputées que sont Cathy Horyn et Vanessa Friedman. On y entend également la styliste Carlyne Cerf de Dudzeele, collaboratrice d'Alaïa (et mère d'Edie Campbell) et bien d'autres encore. 

« C'est un artiste, affirme Naomi Campbell. J'ai porté une de ses créations il y a 20 ans que j'ai remis il y 3 ans, ajoute-t-elle. Peu de créateurs peuvent se targuer d'avoir duré comme ça. » Grace Coddington de son côté, décrit Alaïa comme celui qui laissait poireauter les journalistes pendant deux heures avant le coup d'envoi de ses défilés. Et ils attendaient « parce qu'ils savaient qu'ils ne seraient pas déçus. Ils ne l'ont jamais été. » Suzy Menkes affirme quant à elle qu' « Azzedine a inventé l'idée de supermodel » quand Sophie Hicks raconte comment Linda, Naomi, Iman et Julie Wolfe auraient tout fait pour arpenter ses podiums « alors que ces filles ne se rendaient pas à Paris en temps normal » assure-t-elle. 

Vanessa Friedman revient sur le processus créatif d'Alaïa, son perfectionnisme inaltérable. Katie Grand ne tarit pas d'éloges à l'égard de ses pièces, Cathy Horyn explique à quel point les costumes qu'il a réalisés pour les danseuses du Crazy Horse attestent de son excellente compréhension du corps des femmes. Si Alaïa ne parle pas de lui face caméra, on le voit quand même couper quelques patrons dans son atelier, servir le déjeuner à son équipe et jouer avec son énorme Saint Bernard. 

Vous pouvez regarder le documentaire complet sur joesfilm.com.

Credits


Texte : Charlotte Gush