ce que le monde de l'art doit à stanley kubrick

Alors qu'une nouvelle exposition sur le réalisateur mythique s'ouvre à Londres, i-D s'est plongé dans les oeuvres que Kubrick a inspiré à certains des plus grands artistes de la planète.

par Tish Weinstock
|
06 Juillet 2016, 8:04am

© Warner Bros. Pictures

Pour l'exposition originale Daydreaming with Stanley Kubrick, certains des artistes les plus inspirants de la planète ont été réunis, chacun produisant (ou réutilisant) une œuvre inspirée du réalisateur légendaire. Conçue par Mo'Wax et le fondateur de UNKLE, James Lavelle, et présenté à l'iconique Somerset House de Londres, l'expo est un vibrant hommage au monstre du cinéma qu'était Kubrick. Les œuvres varient, du labyrinthe de miroirs de Gavin Turk - inspiré des méandres de haies de Shining - au casque de cosmonaute de Mat Collishaw en référence à 2001 : L'Odyssée de l'Espace, en passant par un serpent empaillé signée Polly Morgan et le Priapus de Sarah Lucas, écho d'Orange Mécanique. "J'ai toujours été passionnée par l'espace - les autres mondes, les autres possibilités, et cet incroyable effet miroir entre l'infiniment petit et l'infiniment grand," explique Charlotte Colbert, qui participe aussi à l'exposition. Parmi les autres artistes présents : Doug Aitken, Haroon Mirza & Anish Kapoor, Iain Forsyth & Jane Pollard avec Jarvis Cocker, Beth Orton, Jane & Louise Wilson, Jocelyn Pook, Marc Quinn, Michael Nyman, Mick Jones, Nathan Coley, Peter Kennard, Samantha Morton, Sarah Lucas, Thomas Bangalter et bien d'autres. Christiane Kubrick, artiste et femme du réalisateur pendant 41 ans, prêtera spécialement à l'événement un portrait titré Remembering Stanley.

A Clockwork Britain © Paul Insect

Reconnu et vénéré pour sa vision, son esthétique unique et son approche innovante de la narration, Kubrick a commencé à chambouler le monde de la réalisation à l'âge de 25 ans, avec son premier film L'Ultime Razzia, en 1956. Pendant les quatre décennies qui suivront, il créera des films encore aujourd'hui cultes et incontournables dont Lolita, Full Metal Jacket, Barry Lyndon, Shining ou Dr Folamour, inspirant au passage toutes les générations d'artistes et de réalisateurs qui suivront.

L'exposition Daydreaming with Stanley Kubrick, en partenariat avec Canon, se tient du 6 juillet au 24 août au Somerset House. James Lavelle s'y produira avec le collectif UNKLE le 17 juillet dans le cadre du Summer Series. Vous pouvez déjà voter pour votre film préféré de Kubrick, qui sera projeté dans le cadre du Film4 Summer Screen au Somerset House le 11 août. 

The Creation of History (Londres, 8 août 2011), © Marc Quinn studio

In and Out of Space © Charlotte-Colbert

Trident A Strange Love © Peter-Kennard

Philip-Castle © Warner Bros. Pictures

© Warner Bros. Pictures

somersethouse.org.uk

Credits


Texte Tish Weinstock

Tagged:
Culture
cinema
Art
Stanley Kubrick
Shining
Londres
exposition
Somerset House
2001 : l'odyssée de l'espace
orange mécanique