Image © The Man Who Fell To Earth via Flickr

les 10 films de science-fiction les plus mode de tous les temps

i-D s'est penché sur les films futuristes et fantastiques qui ont révolutionné la mode, de Matrix au Cinquième Élément.

par Jeremy Lewis
|
25 Avril 2016, 11:05am

Image © The Man Who Fell To Earth via Flickr

Des costumes remarquablement réussis dans un film tout aussi efficace, voilà qui peut inspirer des décennies de collections de modes, de campagnes et de tendances. Et en termes d'innovation, il est peu de genres cinématographiques qui soient aussi fascinants que la science-fiction. On peut y admirer les tenues les plus folles et les personnages les plus hauts en couleur - un positionnement esthétique qui lui assure une dimension révolutionnaire au sein du cinéma et un écho remarquable dans le monde de la mode. Les plus grands couturiers s'en sont inspirés et certains films ont su marquer la mode à tout jamais. On est allés creuser parmi les meilleurs styles de science-fiction, et voici nos dix meilleurs.

Matrix (1999)
Les lunettes de soleil (noires), le trench - noir - qui tombe au chevilles et le cuir (devinez la couleur) près du corps, voilà un look qui a envahi la pop culture à l'orée du nouveau millénaire, influençant de la même manière les créateurs de modes et les geeks. Les tenues de Matrix furent - pour le meilleur et pour le pire - un phénomène qui définit la notion du cool de cette époque. En empruntant à l'urbanisme implacable urbanisme d'Helmut Lang et à la romance gothique façon Olivier Theyskens, ce style est devenu un modèle du genre pour le super-héros des temps modernes.

Bienvenue à Gattaca (1997)
Conte futuriste teinté d'eugénisme, Bienvenue à Gattaca a été réalisé dans un contexte artistique ultra-minimal ; l'une des tendances prégnantes des années 1990. La costumière Colleen Atwood aurait recoupé et repensé des costumes des années 1930 et 1980 en des matières modernes. On peut retrouver une romance un peu rétro dans l'aspect très épars et conservateur des tenues, rappelant la fascination de Miuccia Prada pour les années 1930. Près de 20 ans plus tard, l'esthétique du film a plutôt bien vieilli.

Mad Max 2 : Le Défi
Les costumes de Mad Max, la franchise culte mettant en scène un flic tout de cuir vêtu essayant tant bien que mal de maintenir un semblant de loi dans un environnement anarchique, sont devenus une base pour toute ambition créative post-apocalyptique qui se respecte. Mad Max 2 a dessiné l'esthétique d'une charogne pourrie par ses pêchés, depuis devenue synonyme d'un futur sombre. Norma Moriceau a créé un nouveau genre en mélangeant les fascinations de Vivienne Westwood pour le Nouveau Romantisme, le militarisme façon Thierry Mugler et la notion de déconstruction visitée par Rei Kawabuko.

Star Wars : Un Nouvel Espoir (1977)
Prenant place il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine, l'univers de Star Wars présente un monde d'avancées technologiques qui s'harmonise à merveille avec des traditions anciennes. Les capes des Jedi sont, dans cette galaxie, toutes aussi crédibles que les uniformes blancs des Storm Troopers de l'Armée Impériale. L'éventail des designs et du détail qui opère dans les films Star Wars est tel qu'il n'est pas étonnant que des créateurs comme Nicholas Ghesquière et Christophe Lemaire les ait ouvertement cités comme références et sources d'inspiration.

Solaris (1972)
Tarkovsky voulait que les costumes de Solaris soient intemporels et évitent tous les clichés de l'habit futuriste habituel (il avait en particulier beaucoup de mépris pour 2001 : l'Odyssée de l'espace de Kubrick). Le design des vêtements évoque une sorte de chaleur, en réutilisant des classiques comme des sweatshirts et des pantalons en tissu sergé ou des pièces plus artisanales comme des châles réalisés au crochet. Discrets mais profonds, ils sont le reflet du changement dans la mode à l'époque, quand la folie des designers pour l'imagerie spatiale mourrait lentement, laissant place à une approche plus humaniste.

Alien, le huitième passager (1979)
Les costumes de la créature biomécanique pensée par les cerveaux fous de Ridley Scott et H.R Giger, ont probablement aidé au succès monumental du film et initié celui de la désormais saga culte, Alien. Les bottes de cowboys futuristes, les chemises hawaïennes, tout sert l'éclectisme et l'audace d'une mode hors-du-temps. Si on devait trouver une silhouette qui puisse lui rendre hommage aujourd'hui, imaginez un mix entre Hood by Hair et des fripes pourries. La classe à l'état pur, en somme.

L'Homme qui venait d'ailleurs (1976)
Chevelure orange vif, l'exotisme britannique dans toute sa splendeur : David Bowie, l'alien le plus stylé de la galaxie survit à un crash au Nouveau-Mexique part à la conquête de l'univers et se lance dans la fabrication d'un vaisseau interstellaire. Depuis, le film adapté du roman est devenu une référence en matière de mode : de Hedi Slimane (parce que Bowie a toujours été, de toute façon, une source d'inspiration inépuisable pour le créateur) à J-W Anderson pour Loewe à Alessandro Michele chez Gucci, les créateurs continuent, en 2016, de questionner les notions de masculinité - ce film en est le précurseur.

Blade Runner (1982)
Ce film est un pur produit de l'esthétique 1980, la matrice de tout ce qui a été fait de plus dingue à l'époque. Les costumes, designés par Michael Kaplan, mêlaient le chic du film noir classique et les éléments futuristes, lancés par Mugler et le Montana. Depuis, les créations de Kaplan n'ont cessé d'inspirer les plus grands, d'Alexander McQueen à Raf Simons. S'il vous fallait un prétexte supplémentaire pour re(re)voir Blade Runner, le voilà.

Le Cinquième Élément (1997)
Luc Besson s'est associé à l'enfant terrible de la mode, Jean-Paul Gaultier, pour élaborer des costumes à la hauteur de son film nineties culte. Connu pour ses positions radicales et sa vision très audacieuse de la mode, Gaultier a rendu l'utopie de Besson plus sexy que jamais. Avec plus d'un millier de personnages à habiller, Le Cinquième Element demeure l'entreprise la plus large et la plus périlleuse de la carrière du créateur français : des employés de fast-food aux flics en passant par les hôtesses de l'air à Ruby Rod, le personnage qu'interprète à merveille Chris Tucker, habillé panthère, à Maïwenn en diva d'une galaxie parallèle, aux moines, bref, les costumes célèbrent encore aujourd'hui le génie et l'audace inégalés de Jean-Paul Gaultier.

2001 : Odyssée de l'Espace (1968)
Stanley Kubrick a fait appel au couturier et costumier londonien Hardy Amies pour réaliser les costumes de son film futuriste et interplanétaire. Des costumes comme des météorites, ultra-modernes, un souci du détail qui ferait pâlir d'envie Pierre Cardin, bref, Amies s'est surpassé. Son approche de la couture très aiguisée s'est glissée dans chaque plan de l'odyssée. Des costumes trois pièces aux uniformes aux tenues de Pan Am, chaque silhouette sert le regard futuriste du réalisateur. 2001 : Odyssée de l'espace n'est pas juste un film visionnaire et politique : c'est un manifeste mode qui va à l'encontre de tous les costumes de sci-fi conçus jusqu'à lors. C'est une fenêtre ouverte sur l'univers alternatif d'Amies - qui n'a pas pris une ride depuis.

Credits


Texte Jeremy Lewis