Publicité

la pyjama/rave party de gyspy sport

Rio Uribe a frappé un grand coup et rendu ses lettres de noblesse à un New-York éclectique, idéaliste et conquérant.

par Hannah Ongley
|
13 Septembre 2016, 8:35am

Pour son défilé homme en juillet dernier, le créateur Rio Uribe mettait à l'honneur sa vision dégenrée, assumée et avant-gardiste de la mode masculine. Résolument jeune et tournée vers le futur, donc. Dimanche, Gypsy Sport prenait New York d'assaut et profitait du soleil pour présenter sa nouvelle collection. 

Le défilé, à l'espace Samsung 837 sur la Washington Street, s'est déroulé sur une bande-son inattendue, faite par un duo de DJs très bavards dont les commentaires intempestifs, sur chaque silhouette, n'ont pas manqué de faire rire l'assemblée. On pouvait entendre de leur part, à chaque passage : "Regardez comme elle ressemble à une raveuse haut de gamme", ou "Demain, je porte tous ces super looks anti-conformistes pour un entretien d'embauche" ou encore "Regardez comme la diversité est belle!". Aussi drôle que symbolique, puissante que cynique, la jeune marque a choisi de recruter le crew de danseuses Models Inc. Leur chorégraphie, pour lancer les hostilités et le coup d'envoi du défilé, rendait hommage à Beyoncé. 

Les kids extraterrestres d'Uribe ont défilé en maillots de foot, en pyjamas et robes de chambres à fleur, ceintures multicolores et sweats estampillés de la planète Gypsy - la panoplie parfaite de tout raveur qui se respecte et un bel hommage à la décennie 90 comme aux friperies de Chinatown. Chris Habana, joaillier, était quant à lui l'invité d'honneur de cette saison et signait quelques accessoires et bijoux en collaboration avec Gypsy. Une mode anti-conformiste et anarchique, à contre-courant de la bienséance que la sempiternelle fashion week implique. 

Il faut souligner l'audace du casting de Gypsy Sport, plus étoilé et diversifié que jamais. Sur le podium, les danseurs fan de Beyoncé cotoyaient les copains d'Uribe, j'ai nommé Slick Woods, Seashell Coker et surtout Torraine Futurum, le jeune mannequin/artiste transsexuel que Petra Collins immortalisait dans notre dernier numéro i-D, Female Gaze issue. Gypsy Sport a réveillé les esprits endormis et rendu ses lettres de noblesse à un New-York éclectique, jeune et plus fier que jamais. 

Suivez la fashion week de New York sur i-D

Credits


Texte : Hannah Ongley
Photographie : Ziqian Wang

Tagged:
New York
GYPSY SPORT
printemps/été 2017