vous aimez le filtre chien sur snapchat ? vous êtes une fille facile

Les commentaires haineux et machistes à destination des femmes qui usent des filtres embellissants se multiplient sur Snapchat – Dans la logique d'Internet, la misogynie n'a plus de sexe et ne connait aucune limite.

|
10 Mai 2016, 8:10am

Image via Snapchat and Instagram

Sur les réseaux, être une femme n'est jamais simple. On se fait harceler sur Twitter ou Instagram, partout et à la moindre occasion par des utilisateurs qui trouvent normal d'écrire des commentaires horribles sur notre physique. Malheureusement, même l'univers mignon et sympa de Snapchat ne déroge pas à la règle du trolling : la preuve, il vous suffit d'utiliser le mauvais filtre pour que le monde des trolls s'emballe et s'enflamme.

Si le filtre Bob Marley a déchainé la toile il y a quelques semaines, une part non négligeable de la communauté Snapchat a choisi de s'attaquer à un filtre beaucoup plus politiquement correct et en apparence anodin : le tout nouveau filtre couronne de fleur - lancé en hommage au festival Coachella - est très vite devenu sur le réseau le filtre pute ("Hoe filter" pour les anglophones). Pour des raisons qu'on a du mal à comprendre, les filles qui se sont exposées sur la plateforme avec une jolie couronne sur la tête (et une jolie peau sans défaut qu'offre désormais la technologie) ont eu droit à un seau d'insultes des plus indélicates. Autant le dire, vous auriez mieux fait de vous abstenir si vous ne comptiez pas passer pour une prostituée notoire.

Cet élan de haine complètement irrationnel est l'incarnation la plus récente de la blague qui consiste à "slut-shamer" les internautes de sexe féminin. Celles qui prennent part au jeu du filtre Coachella - couronnes de fleurs, fausse frange, tout ce qui est passé entre les mains de Kendall Jenner le mois dernier - sont automatiquement de petites idiotes. Et logique de la toile oblige, une fille idiote est forcément une fille facile ! Coucou Internet : 

Aussi étrange que cela puisse paraître, il ne s'agit pas du premier filtre Snapchat à subir la foudre de ses utilisateurs mesquins. Le filtre "puppy" (ou museau de chien) a fait couler beaucoup d'encre. Faisons une pause un instant et penchons-nous sur l'absurdité de cette phrase : "Le filtre "puppy" (ou museau de chien) a fait couler beaucoup d'encre". C'est évident ! Les chiens, avec leur grande langue, sont le symbole ultime de la perversion et de la sexualisation à outrance. On se couchera moins bête maintenant ! Et on ne regardera plus jamais La Belle et le Clochard de la même manière. Merci, ô Internet !

Ce que ces deux filtres ont en commun — mis à part le fait qu'ils séduisent les jeunes femmes - c'est qu'ils flattent l'image. En bref, prendre une photo de soi où on a l'air jolie fait automatiquement de nous de viles créatures assoifées de sexe. 

Ce n'est pas comme si ce genre de considérations machistes et binaires se produisait pour la première fois. Plus tôt cette année, la star YouTube Zoella se prenait une vague de commentaires haineux au possible pour avoir osé poster une photo d'elle dans son lit. Soyons claires, la jeune femme de 25 ans portait un pyjama et la courte légende indiquait : "Bonne nuit" et le flegmatique "zzz". Mais un bout de sa culotte Calvin Klein dépassait OUTRAGEUSEMENT de son bas de pyjama. Damnation ! Ce micro bout de tissu a suffi à faire naître une flopée d'insultes et un débat sans fin : Zoella ne serait-elle qu'une vulgaire fille facile ? 

Posons-nous les bonnes questions : si certains considèrent qu'en 2016, envoyer une photo de soi avec un museau de chien est indécent, qu'est-ce qui, franchement, ne l'est pas ?

Credits


Texte : Wendy Syfret
Image via Snapchat and Instagram

Tagged:
snapchat
Misogynie
Slut Shaming
société
filtre