les faux followers sur instagram, c'est bientôt fini

L’ère des influenceurs touche-t-elle à sa fin ?

par Roisin Lanigan
|
23 Novembre 2018, 12:15pm

Vous ne parvenez jamais à rassembler plus de 20 likes sur votre meilleur selfie alors que les influenceurs les moins originaux présents sur votre feed réussissent à en amasser près de mille ? Nous avons une bonne nouvelle pour vous. Instagram vient d’annoncer qu’il va enfin sévir sur l’usage de faux followers et d’achats de likes sur le réseau. Dans un communiqué de presse posté sur Instagram (évidemment), ils ont promis d’effacer les fakes afin de restaurer la confiance des utilisateurs et des annonceurs. « Récemment, nous avons remarqué que des comptes gonflaient artificiellement leur audience à l’aide d’applications tierces », disait le communiqué. « Les gens viennent sur Instagram pour avoir de vraies expériences, des interactions sincères. Il est de notre devoir de s’assurer que ces expériences ne soient pas entachées par des activités fictives ».

Sous ce nouveau régime, les utilisateurs qui payent pour feindre leur statut d’influenceur recevront désormais un message privé les alertant que leurs « faux likes, abonnés, et commentaires » ont été retirés par Instagram. La plateforme obligera ensuite les utilisateurs concernés à changer leur mot de passe, afin que les applications tierces qui accroissent artificiellement leur popularité n’aient plus accès à leur compte. Et aux petits rebelles qui voudraient tenter d’en acheter plus après avoir été attrapés, Instagram délivre cet avertissement de mauvais augure : « Les comptes qui continuent à utiliser des applications tierces pourraient voir leur expérience sur Instagram affectée ».

Ce qui, pour ceux qui n’auraient pas fait langue de bois LV1, signifie : « Nous allons utiliser l’algorithme pour bien vous niquer ».

Instagram is deleting fake accounts
Image via Instagram.

Instagram est le dernier réseau social en date à déclarer la guerre à ses faux comptes. Plus tôt cette année, Twitter a lancé une purge de faux followers, dont les résultats ont été hilarants : des célébrités comme Katy Perry, Justin Bieber, et même le Président Barack Obama ont perdu des millions de fans prépayés. À vrai dire, la plateforme a vu son nombre d’utilisateurs chuter de 6% suite à la purge, indique Time. Il semblerait que la quête d’authenticité d’Instagram ne pouvait pas survenir à un meilleur moment, car une part importante du public n’a plus foi en ces posts soigneusement disposés par des influenceurs tellement bidons qu’ils en mettent mal à l’aise, qui ont pourtant fait la renommée du réseau social. En septembre, l’influenceuse londonienne Scarlett London a été unanimement raillée pour son « ridicule » décor matinal créé en vue de promouvoir Listerine, alors que les annonceurs se tournent désormais plutôt vers des comptes plus petits et plus authentiques, dont certains affichent à peine 100 followers (les soi-disant « nano-infuenceurs») ou même vers des comptes de mèmes pour adolescents pour les aider à promouvoir leurs produits.

Cette purge marquerait-elle la fin de l’ère des influenceurs, telle que nous la connaissons ? Probablement pas. Instagram efface peut-être les faux profils, mais l’influence telle qu’on l’entend au sens traditionnel est toujours un business juteux. Les plus gros influenceurs peuvent engranger jusqu’à 50 000$ pour un post sponsorisé, et ceux qui échouent à utiliser leur influence comme promis (une pensée émue pour Luka Sabbat, qui a été payé 60 000$ pour promouvoir des lunettes de soleil Snapchat, mais ne l’a jamais fait) sont sévèrement punis – enfin on les poursuit en justice, quoi. Et au même moment où Scarlett London était la risée de Twitter pour avoir aménagé une chambre juste pour Instagram, à Manhattan, dans le quartier de SoHo, un penthouse d’un délicat rose millenial était créé dans le même but, et s’est vu loué par les influenceurs les plus importants d’Instagram pour la modique somme de 15 000$ par mois. Alors bien sûr, on adorerait croire que cette purge menée par Instagram est en quelque sorte la version 2018 de la destruction de Sodome et Gomorrhe, avec les influenceurs dans le rôle des pécheurs. Mais à vrai dire, il est bien plus probable que les influenceurs ne s’adaptent et ne finissent par devenir bien plus puissants et bien plus ennuyeux ailleurs.

« Comme toujours, dès qu’Instagram créé des outils pour identifier les comportements abusifs, des gens vont trouver le moyen de les contourner » explique Jessica Shirling, consultante en influence chez We Are Social, au Drum. « Il est facile d’identifier de faux comptes, mais c’est plus compliqué quand de fausses interactions proviennent de véritables comptes. A moins qu’ils n’y ait de vraies répercussions, si on les empêche d’utiliser une de ces applications tierces, ils se contenteront passer à la suivante ».

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.
Tagged:
Instagram
Twitter
réseaux sociaux
Followers
influenceurs