avec ses peintures, tristan pigott se moque du "lifestyle" des classes moyennes

La galerie londonienne Cob accueille une exposition de Tristan Pigott. L'occasion de découvrir un jeune artiste londonien parmi les plus clairvoyants.

par Felix Petty
|
12 Juin 2017, 8:45am

Les tableaux de Tristan Pigott frappent par leur audace : ses héros et héroïnes n'ont rien d'extraordinaire, ils sont même remarquablement banals. Pourtant, ils sont aussi magiques, aimables et plus vrais que nature, plein de couleurs, d'esprit et empreints d'une saine dose d'absurde. Dans le studio qui juxte son appartement à Hoxton, un petit oiseau jaune virevolte dans les airs tandis que Tristan se déplace à travers un labyrinthe de toiles en cours pour sa prochaine exposition. « J'ai toujours invité des gens à venir, affirme Tristan. Les peintures ont besoin d'être vues dans leur écrin. Leurs couleurs, leurs tailles se perdent sur un écran… C'est toujours intéressant de voir comment quelqu'un lit une œuvre, ça en dit généralement long sur sa personnalité. »

Alors comment lire un tableau de Tristan Pigott ? Les personnages qui peuplent son œuvre sont paresseux, ils cuisinent des spaghettis, mangent des œufs frits, sont au téléphone, dans le métro, et s'habillent selon les dernières tendances de Shoreditch. Son travail n'est pourtant pas aussi simple qu'il y paraît, ses peintures penchent vers le symbolisme et jouent souvent avec la perspective. Tout est un peu faux, un peu étrange, un peu drôle. Et il y a une veine satirique qui parvient à gommer le sérieux d'une histoire grâce à une touche d'irréel. Tristan Pigott s'attaque au goût des classes moyennes, à leur consumérisme, au monde de l'art et aux gens qui s'en rapprochent.

Le dernier symbole à s'immiscer dans son travail (et qui en dit assez long), c'est le concombre. « Je voulais quelque chose qui permettrait de relier toute l'exposition sans se prendre trop au sérieux, explique Tristan. Le concombre était parfait. C'est un légume très phallique mais il symbolise aussi une aspiration consumériste des classes moyennes, grâce à son utilisation dans le maquillage ou en tant que boisson. » Un concombre privé d'extrémité, coupé en morceaux, orné d'un smiley ou dévoré bruyamment : tout, là-dedans, fait partie de son jeu avec la peinture et les objets - jeu qui n'est pas exempt d'une conscience de classe et de genre.

Credits


Texte : Felix Petty

Tagged:
the creative issue
tristan pigott