la dernière campagne études invite à la déconnexion

Le collectif parisien a fait appel à l'artiste Colin Snapp pour donner vie à sa collection printemps/été 2017 et lui rendre hommage dans un film poétique, aux confins de l'abstraction.

|
févr. 22 2017, 3:45pm

Quand l'hiver engourdit les muscles, intensifie l'ennui et force à la mélancolie, on se prête à rêver d'ailleurs, grand et loin. On accélère le temps, on s'y blottit et on s'y projette en caressant la promesse de meilleurs lendemains. Cette rêverie a servi d'inspiration au laboratoire synergique et parisien Etudes : le collectif à quatre têtes dévoile aujourd'hui « Deconnexion », une vidéo de campagne où le printemps, les champs et les périphéries urbaines s'illuminent sous les rayons d'un soleil froid.

C'est à Colin Snapp qu'Etudes a confié la réalisation de ce manifeste poétique tourné à Los Angeles. L'artiste américain s'est attelé à étoffer un peu plus le dessein d'Etudes à travers son court-métrage : proposer une approche dérivée de la mode, du design et du goût. Une alternative inscrite dans l'ADN de la marque, comme en témoignaient ses fondateurs il y a quelques mois « Le nom Études vient de ce qu'est une étude dans la vraie vie, un espace-temps d'expérimentation et d'observation composé d'études de cas. On veut pouvoir expérimenter en passant par différents médiums pour conclure sur quelque chose. » Leur collection printemps/été 2017 était le médium idéal (et le plus beau prétexte) à une balade visuelle aux confins de l'abstraction, où rural et urbain, jour et nuit se confondent. Sur une bande-son onirique signée Jean-Benoit Dunckel (la moitié du duo Air, qui d'autre) et intitulée Hypersoleil, l'homme Etudes honore la diversité des environnements qu'il arpente - et célèbre l'entre-deux saisons, si propice à la rêverie.