ils sont le futur d'atlanta, le coeur brisé des états-unis

Les artistes, designers et musiciens de demain ont posé sous l'objectif de Tyler Mitchell – ensemble, ils réinventent le futur de leur ville. Straight ups.

|
sept. 5 2016, 8:15am

Nom : Josiah Rundles. Age: 20 ans. Qu'est-ce que tu fais ? Je suis styliste. Comment te décrirais-tu en trois mots ? Caméléon, balance, brouillon. Qu'est-ce que tu aimes dans Atlanta? Atlanta est un berceau de création qui se renouvelle tous les jours. Tu trouves qu'Atlanta change ? Depuis quelques années, la drogue et le trafic en rongent quelques-uns mais de plus en plus de jeunes veulent faire bouger les choses et aident leur ville. Pourquoi c'est cool d'être d'être jeune et créatif à Atlanta ? À partir du moment où le monde s'est aperçu que la plupart des tendances venaient d'Atlanta, le regard a changé sur notre ville. On nous respecte un peu plus. Quelles sont les problématiques auxquelles se confronte la jeunesse ici ? Survivre, trouver un job et de quoi se nourrir sont les priorités. 

Nom: Dash Romero (aka Awful Mama). Age: 26 ans. Qu'est-ce que tu fais ? Je suis photographe, vidéaste et directrice artistique chez Awful Records. Qu'est-ce que tu préfères dans Atlanta ? Tout est à reconstruire donc les possibilités sont infinies : surtout aujourd'hui, avec Internet. On peut tout créer, avec ses mains ou la technologie. Quelles sont les problématiques auxquelles tu dois faire face ici ? Le machisme. C'est toujours un truc de mec, tout le temps. Sauf à Awful, où on est quand même 6 nanas. Mais partout ailleurs, les femmes sont inexistantes. Pourquoi parle-t-on tout le temps d'Atlanta en ce moment ? On a toujours été considérés comme des gros weirdos. En 1995, quand Outkast a sorti son premier vrai album studio, c'était l'essence d'Atlanta - c'est-à-dire, un truc singulier, hyper personnel, jamais dans le mainstream. On a le groove dans la peau ici ! @awfulmadre

Nom : Dax Rudnak (aka Dr. Dax). Age: 39 ans. Qu'est-ce que tu fais ? La plupart du temps je repeins des murs et sinon je tourne des clips de rap, je fais de la DA et je désigne des intérieurs pour les clubs. Pourquoi aimes-tu Atlanta ? J'ai déménagé ici à l'âge de 9 ans. Je suis tout de suite tombé amoureux de la ville. J'ai ressenti un truc de fou, un peu comme quand on voit les tours de Manhattan pour la première fois; l'énergie était folle. Il y a une vraie grande communauté de graffeurs ici, surtout dans le sud. C'est le triangle d'or qu'on nomme "3050404": Miami, Nouvelle-Orléans et Atlanta. En dehors de Los Angeles, New York et the Bay Area, difficile d'obtenir de la reconnaissance. Notre ville commence tout juste à prouver le contraire au monde. Quelle est la particularité de cette ville ? Atlanta est le centre de l'univers sudiste. La musique d'ici inspire toute la sphère artistique américaine. Aujourd'hui, j'ai tuné la caisse de Young Thug pour son anniversaire. Comment change et évolue Atlanta d'après toi ? Il y a le vieux Sud et le Nouveau Sud. En 1996, l'année où l'on a accueilli les J .O, la ville a changé du jour au lendemain - la pauvreté, la gentrification, les inégalités, le développement. Au moins, ça aura permis l'avènement du New South et aux blancs de se mélanger aux noirs. En harmonie. @snortthis

Nom : Raury. Age: 20 ans. Qu'est-ce que tu fais ? je fais des sons, sur l'amour et la révolution. Décris-toi en quelques mots. Lunaire, caractériel, gémeaux. Pourquoi tu aimes Atlanta? J'aime Atlanta parce qu'elle m'inspire au quotidien, beaucoup plus que n'importe quelle ville d'Europe ou d'Australie. C'est une ville noire. Belle. Et dès que je m'en sépare, je ne pense qu'à la retrouver. Tu dirais qu'Atlanta est en train de changer ? Les kids avec qui j'ai grandi changent et grandissent, et c'est Atlanta qui les a faits. J'aimerais voir la ville se développer, gagner en infrastructures. On produit beaucoup plus que ce que la ville nous permet de produire. 

Pourquoi c'est cool d'être jeune et créatif à Atlanta ? Si tu gagnes du fric en étant artiste, tu es la personne la plus respectée et la plus cool du coin. Et puis tu peux créer avec tous tes potes. Atlanta, c'est une communauté artistique hyper soudée. Quelles sont les problématiques auxquelles tu te confrontes au jour le jour ?Les préjugés. En interview, on me demande tout le temps pourquoi et en quoi j'appartiens à la scène d'Atlanta. Le truc, c'est que tout le monde pense à la trap alors que la ville regorge de genres et de styles naissants beaucoup moins médiatisés. Pourquoi parle-t-on autant d'Atlanta ? Parce qu'Atlanta renait - dans la joie et l'amour. Tout le monde sort des nouveaux trucs tous les jours. De la musique qui te fait vibrer, bouger, vivre. @raury

Nom: Zaida J. Age: 26 ans. Qu'est-ce que tu fais ? Je suis performer dans un club trans-burlesque, je suis curatrice d'une soirée excentrique et féministe, la Powder Room, et sinon j'écris pour le magazine Wussy Mag. Pourquoi Atlanta est une ville géniale, selon toi ? Le Sud craint. Vraiment. Mais bon, c'est là que la révolution pour les droits civiques a eu lieu. Je pense qu'Atlanta est une ville assez ouverte pour faire régner la tolérance ailleurs, surtout pour les kids transsexuels. J'ai envie que les momes de 15 ans se sentent en sécurité. Parce que pour l'instant, c'est très dur d'être queer et jeune dans le Sud. J'espère pouvoir donner l'exemple et inciter les kids à vivre librement, sans entrave. Quelles sont les problématiques auxquelels tu dois faire face au jour le jour ? Si j'écris énormément sur et pour défendre la cause queer, c'est pour aider les gens à comprendre. L'ignorance mène toujours aux préjugés. L'hostilité est toujours là, dans la ville. Pourquoi parle-t-on autant d'Atlanta ? Les gens qui n'en sont pas originaires ne le savent pas tous. Mais au-delà de la musique, du kiff et de l'énergie que procurent cette ville, notre mouvement Black Lives Matter a eu un écho sans précédent. On a mené notre révolution comme personne. wussymag.com

Nom : Ke'juan Valentine. Age: 24 ans. qu'est-ce que tu fais ? Du BMX et une école de cuisine. Décris-toi en trois mots : Impulsif, obsessionnel, buté. Pourquoi tu aimes Atlanta ? J'aime sa diversité, sa culture. J'y suis né, c'est ma maison ici. Atlanta est en train de changer selon toi ? La scène musicale se transforme et transforme la ville à son tour. Tout le monde s'en empare et innove, en mixant nouvelles technologies et retour aux instruments. Bon, on fait moins gaffe aux paroles en ce moment mais ça va bien à Atlanta. Pourquoi c'est cool d'être jeune et créatif à Atlanta ? On a toute sa vie pour créer mais le faire jeune, c'est un truc de fou. Atlanta est le meilleur endroit pour se sortir de sa zone de confort et essayer plein de trucs. 

Nom : Betts DeHart. Âge : 20 ans. Tu fais quoi ? Je m'occupe de Lucid FC, côté business. J'ai un jumeau, Chet DeHart qui s'occupe du design. C'est une marque de streetwear. On créé des vêtements uniques, mais que tout le monde peut porter. Pourquoi tu aimes Atlanta ? Je suis fasciné par toutes les cultures qu'on y trouve, et la vitesse à laquelle elles naissent et grandissent. Qu'est-ce qu'il y a de mieux dans le fait d'être jeune et artiste à Atlanta ? C'est une ville bien plus ouverte que toutes les autres villes que j'ai visitées. Les gens ne jugent pas. Qu'est-ce qui est compliqué ici ? Trouver les ressources nécessaires pour faire 10 000 vestes. C'est dur de trouver la qualité qu'on veut ici, mais on est chanceux, pour l'instant ça marche. Pourquoi Atlanta est à ce point au centre de l'attention ? Tout le monde voit bien que la ville est en expansion. Économiquement ça explose grâce à tous les films qui sont tournés ici, et la musique d'Atlanta a toujours été populaire. En ce qui concerne la mode, j'espère que Lucid FC participe au renom de la ville. lucidfc.us

Nom : Adam Babar. Âge : 26 ans. Que fais-tu ? J'organise des concerts à The Cleaners, je fais du design sonore et beaucoup de musique. Mon groupe Faun and a Pan Flute est très jazz, très avant-gardiste. J'ai aussi un groupe de noise qui s'appelle Suffer Dragon. Pourquoi tu aimes Atlanta ? Il y a beaucoup de gens attentionnés et très conscients politiquement ici. Il y a beaucoup de jeunes qui sont vraiment proactifs dans leur envie d'éradiquer la culture de merdre ancrée dans le Sud. Comment Atlanta est en train de changer ? Mes amis artistes ont leurs propres espaces et peuvent faire de grandes choses. J'adore voir les scènes trap et expérimental/indie se réunir pour créer une sonorité unique à Atlanta. Qu'est-ce qu'il y a de mieux dans le fait d'être jeune et artiste à Atlanta ? Tout le monde est très ouvert. Ça fait trois ans que je bosse à The Cleaners. Mes parents en étaient propriétaires à l'époque où ce n'était qu'une laverie. Quand on a des concerts, je connais tout le monde. Il y a une vraie communauté de créatifs qui se nourrissent les uns les autres. Tout ce qui se construit de nouveau passe par nous. @silverdollarcleaners

Nom : Allie Bashuk. Âge : 29 ans. Que fais-tu ? Je suis directrice du Goat Farm Arts Center. Mon boulot c'est de visiter des studios et de faire de connexions entre artistes. J'ai aussi mon propre studio artistique, Brutal Studio. Décris-toi en peu de mots. Le plus petit flashmob du monde. En quoi Atlanta est différente des autres villes ? Ici c'est brut, il plane un incroyable désir de changement. On a l'impression de s'être battus pendant trop longtemps. Bien sûr il y a encore des tensions raciales, de la ségrégation et des difficultés socio-économiques. Mais on a toutes les ressources à notre disposition pour évoluer dans le bon sens. Quels sont les plus gros défis auxquels vous devez faire face ? Il faut changer la perception des gens. Je sais ce qu'il se passe, parce que c'est mon boulot de le voir. Donc j'ai envie de prendre un mégaphone pour dire aux gens d'Hong-Kong ou d'Australie ce qu'il se passe à Atlanta. Les gens ne pensent qu'au sud des Etats-Unis raciste, et ils ont un peu raison, mais il y a une nouvelle Atlanta qui a besoin de se faire entendre. alliebashuk.com

Nom : Adam Alexander (aka Demo Taped) Âge : 18 ans. Tu fais quoi ? Je suis musicien, producteur et chanteur. Qu'est-ce que tu aimes à Atlanta ? Tout ce que j'y connais. Les gens, l'atmosphère, l'ambiance générale est géniale. Tu peux sentir la créativité dans l'air. Qu'est-ce qu'il y a de mieux dans le fait d'être jeune et artiste à Atlanta ? Il y a trop de choses à faire. Les gens sont tellement passionnés, tellement à fond dans ce qu'ils font. À quels problèmes es-tu confronté ici ? On me range très vite dans une case, parce que je viens d'Atlanta. Quand je suis à une fête et que je dis aux gens que je suis musicien, ils pensent automatiquement que je fais du rap. Je ne veux pas que ce soit la seule chose qui vienne à l'esprit des gens. Il y a bien plus. Pourquoi Atlanta est à ce point au centre de l'attention ? Tous les jeunes ici savent ce qu'ils veulent et se donnent les moyens pour réussir. soundcloud.com/demo-taped

Nom : Taylor Nave et Claire Toothill. Âges : 20 et 22. Que faites-vous ? On fait de la musique sous le nom Coco and ClairClair. Coco fait les beats ; on chante et rappe toutes les deux. Qu'est-ce qu'il y a différent des autres villes ici ? Coco : la scène artistique est très soudée. Tu peux devenir te lier d'amitié avec quelqu'un en une nuit, et le lendemain cette personne bosse avec Drake. C'est très petit, avec un rayon d'influence énorme. Qu'est-ce qui change à Atlanta ? ClairClair : il y a beaucoup de gens passionnés qui essayent de créer de nouveaux espaces artistiques, et c'est vraiment cool pour les jeunes qui emménagent ici. On a besoin de ça. Mais beaucoup de ces nouveaux développements ont détruit des espaces importants. Qu'est-ce qu'il y a de mieux dans le fait d'être jeune et artiste à Atlanta ? Coco : L'insouciance. ClairClair : Les opportunités. Depuis qu'on a commencé, les gens ont été accueillants, nous ont aidés et nous ont laissés faire des concerts avec eux. À New York ça aurait été plus dur, on n'aurait été personne. À quels défis vous vous confrontez ici ? Coco : certaines personnes nous attaquent parce qu'ils pensent qu'on est une cible facile. Nos chansons sont légères, parce qu'on fait ça pour s'amuser. Mais il y a des gens qui ne veulent plus nous voir. ClairClair : Ouais, nos deux principales critiques viennent de mecs blancs de notre âge, genre des artistes Soundcloud, ou des mecs plus âgés. Je pense que les gens ici sont ouverts et progressistes, mais jusqu'à un certain point. Pourquoi Atlanta est à ce point au centre de l'attention dernièrement ? ClairClair : Makonnen, Lil Yatchy. Ces deux-là ont explosé et maintenant les gens pensent qu'il y a plein de perles cachées à Atlanta. Et c'est vrai ! soundcloud.com/coclair

Nom : Danielle Deadwyler. Âge : 30 ans. Que fais-tu ? Je suis artiste, performeuse, actrice, réalisatrice et danseuse. J'aime explorer les thèmes de la féminité noire, de la maternité noire et de la sexualité. Atlanta est en train de changer ? On est toujours une ville très noire, mais ça change. On est dans une phase très malléables, que je n'arrive pas à définir pour l'instant. Cela dit, il existe un vieil Atlanta qui s'accroche à la vie. Qu'est-ce qu'il y a de mieux dans le fait d'être jeune et artiste à Atlanta ? Ici tu as la possibilité de naviguer d'un monde à l'autre. Tu peux te retrouver dans des contextes très formalisés mais il y a aussi une grosse dimension DIY. Je peux exposer à la mairie un jour, puis le lendemain performer sur Broad Street à Mammal Gallery ou Murmur. Pourquoi Atlanta est à ce point au centre de l'attention dernièrement ? Tout le monde aime la nouveauté. Et puis cette ville, c'est la diversité. Tu peux venir ici et avoir un impact rapidement. Les gens ont besoin de ça. Tu peux avoir un impact et tu peux aussi être toi-même impacté. On ressent des choses ici comme nulle part ailleurs. danielledeadwyler.com

Credits


Photographie : Tyler Mitchell
Texte et assistante photographie : Annie Armstrong