Photographie Zoë Ghertner, Stylisme Julia Sarr-Jamois, Ugbad porte un blazer Chanel. un Hoodie appartenant au styliste. Foulard Berwick St Cloth Shop.

ugbad abdi, le nouveau visage de la mode qui porte la voix des musulmanes

Américaine d'origine somalienne, Ugbad Abdi défile aux quatre coins du monde et fait entendre la voix des femmes qui ont trop peu l'occasion de s'exprimer.

par Jess Cole
|
10 Mai 2019, 11:24am

Photographie Zoë Ghertner, Stylisme Julia Sarr-Jamois, Ugbad porte un blazer Chanel. un Hoodie appartenant au styliste. Foulard Berwick St Cloth Shop.

Cet entretien avec Ugbad a été initialement publié dans l'édition The Voice of a Generation Issue d'i-D, numéro 356, Eté 2019. pré-ventes disponibles ici.

On ne sait pas forcément que l’Iowa, Etat du Midwest des Etats-Unis, est l'endroit où de nombreux musulmans ont élu domicile. Pourtant, la plus ancienne communauté musulmane américaine réside parmi ses collines luxuriantes, et suit le cours de l'histoire des Etats-Unis : en 1885, quelques familles musulmanes en quête de liberté de culte quittent la Syrie et le Liban pour les Etats-Unis, avant de s’installer dans la ville de Cedar Rapids dans l'Iowa. En même temps et par coincidence, attiré par la ruée vers l’or, le jeune Friedrich Trump quitte l’Allemagne pour le Queens (New York).

En 2009, plus d’un siècle plus tard, Ugbad Abdi et sa famille commencent leur nouvelle vie en Iowa, y trouvant paix et stabilité après 9 ans dans un camp de réfugiés au Kenya et leur fuite de la guerre civile en Somalie. Depuis les amérindiens, l’histoire de chaque américain trouve toujours son origine dans d'autres contrées. Sans migrants en quête d’opportunités, les Etats-Unis n’existeraient pas. Pourtant le petit fils de Friedrich, Donald - il est à la tête des Etats-Unis - n'a de cesse de stigmatiser les migrants, et entend mettre en place des restrictions d'entrée sur le territoire aussi nombreuses que pernicieuses, particulièrement tournées vers des pays à majorité musulmane semblables à la Somalie.

ugbad-abdi-zoe-ghertner-5
Manteau et col roulé The Row. Hoodie Los Angeles Apparel. Cagoule Noel Stewart.

Il y a seulement quelques mois, Ugbad faisait ses débuts en tant que mannequin, devenant instantanément l’un des visages les plus adulés du monde de la mode. Une ascension fulgurante qui pourrait donner l'envie de contrôler à outrance l'image qu'on renvoie. Pourtant en parlant à Ugbad au téléphone, son histoire semble vite différente : sa lucidité et son enthousiasme sont rafraîchissants. « Je vis vraiment un rêve éveillé, ajoute-t-elle. Ce qui m’arrive est irréel, incroyable, fou. »

Ugbad commence par attirer l'attention du monde de la mode en janvier, lorsqu'elle défile pour Pierpaolo Piccioli chez Valentino et sa collection haute couture printemps/été 2019 - vision effervescente et inspirante des femmes noires. Quelques instants avant que Naomi Campbell ne présente la dernière robe, Ugbad, habillée de mètres de tulle roussâtre surmontés d’une corolle extravagante, traverse les salons de l’atelier Valentino sur la place Vendôme avec une élégance qui ravit les applaudissements.

ugbad-abdi-zoe-ghertner-4
Robe Christopher Kane. Pantalon Kwaidan Editions. Foulard Berwick St. Cloth Shop. Chaussettes Falke. Escarpins by FAR.

Depuis ses débuts, Ugbad captive le monde de la mode. À New York d'abord, où elle ouvre le défilé Marc Jacobs avec un manteau surdimensionné aux imprimés léopards, un pantalon de costume rayé et un bonnet. À Milan, où elle porte une coiffe noire et une veste d’aviateur jaune citron pour Fendi, et devient le premier top à porter un hijab lors d'un défilé de la maison italienne - dernier défilé de Karl Lagerfeld en l'occurence. À Paris enfin, cette fois-ci pour Lanvin, dans une capeline et un ensemble polychrome aux imprimés superposés.

Le succès d’Ugbad a le mérite de remettre en question les préjugés qui tenaient les femmes musulmanes loin du monde de la mode, amalgamant hijab et foulard jusqu'à en évacuer toute dimension spirituelle. Sur les podiums pour la saison automne/hiver 2019, Ugbad défile coiffée de nombreux couvre-chefs - des foulards aux chapeaux - prouvant à ceux qui en doutaient que le port du hijab n’exclue pas une allure sophistiquée, appuyée par une silhouette très contemporaine.

Il semblerait que les régulières apparitions d’Ugbad dans les défilés, mais aussi celles d’Halima Aden - qui porte le hijab sur les podiums de maisons de couture occidentales depuis 2016 -, manifestent l'envie de dépasser une fétichisation de l’altérité qui a trop duré, et d'abandonner l'orientalisme pour atteindre, enfin, une plus grande diversité.

ugbad-abdi-zoe-ghertner-3
Cape Valentino. Hoodie Wardrobe NYC. Bas de survêtement Gucci. Foulard Berwick St. Cloth Shop. Lunettes de soleil Gentle Monster. Chaussettes Falke. Escarpins Manolo Blahnik.

« Avant Halima, je me disais juste que le hijab n’avait pas sa place dans le monde de la mode, explique Ugbad. Maintenant, j'ai compris qu'on peut être qui on veut en étant une femme musulmane. » Dans un court laps de temps, la jeune femme de 18 ans a réussi à porter haut l'idée que l'on doit cesser de réduire les femmes musulmanes à une seule et même identité. « Il est nécessaire que chacun cesse de fabuler, et que les gens nous posent directement des questions, ajoute Ugbad. En réalité, les femmes musulmanes ont très envie de raconter leurs histoires, et d’informer ceux qui ont envie d'apprendre d'elles.»

Deuxième religion du monde, l’Islam fait l'objet d'interprétations diverses, qui varient en fonction des pays, et même des individus. Les femmes qui portent le hijab sont les croyantes les plus visibles et se voient donc doublement accablées par les discriminations. Sur les 49 pays dont la religion majoritaire est l’Islam, seuls l’Arabie Saoudite et l’Iran imposent légalement le hijab aux femmes, tandis qu’en 2017, la Cour de justice de l'Union européenne a décrété qu’il était légal d’interdire le voile dans les lieux de travail. L'ironie de la logique du sauveur blanc est grande : les politiques occidentales, dites laïques, dictent aux femmes musulmanes ce qu’elles peuvent ou non porter tout en clamant chercher à les libérer. « Nous devons arrêter de penser que les femmes musulmanes ne sont pas capables de prendre leurs propres décisions, et qu’elles sont forcées à porter le hijab, affirme Ugbad, j'ai de nombreuses amies qui ne portent même pas de foulard

ugbad-abdi-zoe-ghertner-2
Manteau et pantalon Kwaidan Editions. Hoodie Wardrobe NYC. Foulard Berwick St. Cloth Shop.

Le hijab, Ugbad a décidé de le porter à l'âge de 14 ans. « Ma mère est ma plus grande inspiration. Quand je lui ai demandé pourquoi elle portait le foulard, elle m’a répondu qu’il lui permettait de se sentir à l’aise et humble, confie Ugbad. J’aime cette conception, et aujourd'hui, j’ai l’impression que le hijab fait entièrement partie de ma personnalité. Quand je le porte, je me sens bien. » Le hijab suggère l'idée que tout musulman doit placer son quotidien sous le seau de la diligence et de la modestie, et inspirer une conduite plus générale. Mais l’identité d'une femme musulmane ne s’arrête pas à un foulard, elles n’en portent d’ailleurs pas toutes, et Ugbad voudrait que l'on parvienne à dépasser ce sujet. « J’ai la chance de pouvoir émettre un discours, et je veux m’en servir pour combattre les stéréotypes qui pèsent sur les femmes musulmanes, affirme-t-elle. La société doit apprendre à considérer les femmes musulmanes comme des individus à part entière. »

Un point de vue qui en dit long sur la manière dont Ugbad envisage l'avenir. « J’aimerais travailler avec Unicef, qui nous a aidé à obtenir le statut de réfugiés aux Etats-Unis; ou peut-être retourner en Afrique et intervenir dans les camps de réfugiés. » Pour l'heure, elle se prépare à son prochain shoot en Tanzanie. « Je l’ai dit à ma mère la nuit dernière, nous étions surexcitées ! » lance Ugbad, avant d'ajouter, c’est la première fois que je retourne en Afrique depuis que nous sommes tous partis. »

ugbad-abdi-zoe-ghertner-6
Manteau Balenciaga. Col roulé The Row. pantalon de survêtement Wardrobe NYC. Foulard Berwick St. Cloth Shop.
ugbad-abdi-zoe-ghertner-7Veste Alexander McQueen. Col roulé The Row. Pantalon de survêtement appartenant au styliste. Tights WOLFORD. Headscarf Berwick St. Cloth Shop. Sunglasses Gentle Monster. Shoes Yuul Yie.
Veste Alexander McQueen. Col roulé The Row. Pantalon de survêtement appartenant au styliste. Bas WOLFORD. Foulard Berwick St. Cloth Shop. Lunette de soleil Gentle Monster. Escarpins Yuul Yie.
Ugbad abdi zoe ghertner
Ugbad porte un blazer Chanel. un Hoodie appartenant au styliste. Foulard Berwick St Cloth Shop.

Crédits


Photographie Zoë Ghertner
Stylisme Julia Sarr-Jamois

Maquillage Fara Homidi at Together utilisant du Chanel. Scénographie Spencer Vrooman. Assistants photographie Caleb Adams et Milan Aguirre. Assistantes styliste Christina Smith et Megan King. Assistante maquillage Monica Alvarez. Production Meghan Gallagher de chez Connect The Dots. Coordinateur de la production Jane Oh de chez Connect The Dots. Assistants production Nikki Patrlja et Jeremy Sinclair. Retouche studio rm. Modèle Ugbad de chez Next Models.

Cet article a été initialement publié sur i-D UK.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.