Publicité

mais pourquoi l'astrologie est-elle devenue si cool ?

Consciente du besoin de transcendance qui anime les nouvelles générations, l'astrologue américaine Chani Nicholas propose une lecture différente des astres.

|
juil. 27 2018, 2:17pm
Publicité

Si vous aimez lire votre horoscope, vous avez peut-être déjà entendu parler de Chani Nicholas, une astrologue dont la lecture des cycles lunaires changera votre manière de percevoir les corps célestes. C’est vrai, cela peut sembler curieux de penser que la lune est un aimant géant quelque part dans le ciel, qui contrôle les marées, le vol des oiseux et le cours des saisons. Et votre propre personne. Mais franchement, pourquoi pas ? La surface de la terre est constituée à 70 % d’eau et par un étrange concours de coïncidences c’est aussi le cas de nos corps. Lire son horoscope ne revient donc qu’à regarder avec un peu plus d’attention les relations de la lune avec les autres éléments, les planètes et les corps célestes flottant dans l’espace.

L’astrologie n’a rien de neuf : elle a été utilisée pour prédire les comportements humais depuis 2000 ans avant JC, soit depuis environ 4000 ans, lorsque de vieux astrologues ont pris l’habitude de prédire les changements de saisons et de voir dans les cycles célestes des signes de communication divine. Aujourd’hui, alors que la technologie se développe au point de pouvoir distinguer depuis l’espace un objet terrestre aussi petit qu’une balle de tennis, soyons honnête : qui ne regarde pas une étoile filante sans faire de vœu ?

Chani Nicholas appartient à une nouvelle ère d’astrologues : fini les robes de sorciers, le troisième œil et la prose fleurie – ses horospcopes vont droit au but, ils sont à la fois positifs et puissants. Elle a commencé a étudier l’astrologie l’âge de 12 ans, peu de temps avant de commencer à tirer les cartes. Après avoir enchaîné plusieurs boulots – prof de yoga, assistante sociale, aide à domicile – Chani a finalement décidé de rassembler ses talents en un seul et même endroit. « Je me suis toujours battue pour savoir ce que j’allais faire de ma vie, ça a longtemps été un vrai fardeaupour moi » nous confie-t-elle par téléphone depuis Amsterdam, où elle se trouve pour quelques jours. « Il y a dix ans, j’étais loin d’avoir une carrière dans quoi que ce soit. La façon dont fontionne internet et les réseaux sociaux et la manière dont nous vivons en ligne a énormément évolué. Le monde change et nous sommes nombreux à découvrir ce que nous pouvons faire de nos multiples talents, continue-t-elle. J’ai dû me battre pendant longtemps pour être en mesure de faire confiance à ce que j’avais en moi. »

J’ai découvert la page Instagram de Chani parce qu’un ami m’avait envoyé un de ses memes, mais elle ne fait pas seulement de l’humour. Deux fois par semaine (elle calque ses prédictions sur le cycle lunaire), ses horoscopes brillent par leur clarté et leur intelligence. « Mais parfois, je sens une impulsion et la fièvre du meme s’empare de moi, dit-elle. Ils me rendent en quelque sorte service, les memes fonctionnent comme des mécanismes de copie thérapeutique pour les personnes qui les fabriquent et ceux qui les reçoivent. Si vous prêtez attention à mon travail, vous verrez vite que ce que je fais n’est pas prémédité, je suis quelqu’un de très impulsif, je fais ce que je sens quand je sens que c’est le bon moment pour le faire. Correspondre à un idéal de style et de format ne m’intéresse pas, ce n’est tout simplement pas ma façon de créer. La plupart de mon travail procéède d’une forme de chaos que j’ai réorganisé. »

De tout ce chaos se dégage un message essentiel, une conscience de l'humanité à laquelle nous appartenons. « Je me suis toujours intéressée aux racines de la colonisation, à la façon dont elle a pu bouleverser le cours de l'histoire humaine et a pu rendre acceptable que des gens privent leurs semblables de leurs droits les plus fondamentaux. C'est une question existentielle et irrésolvable. Car cette dynamique de pouvoir entre dominants et dominés apparaît aujourd'hui comme la matrice du système dans lequel nous vivons. Je pense qu'il nous faut méditer sur ce passé collectivement et entamer une discussion. L'astrologie concerne les gens et l'humanité toute entière. C'est cette dimension universelle qui m'importe et qui motive mon travail. »

La plupart de ceux qui consultent leur horoscope régulièrement ont tendance à se concentrer essentiellement sur leur signe solaire alors qu'une étude du signe ascendant peut apporter bien plus de précision et de justesse. « Le signe solaire ne dit pas tout» explique Chani. Selon elle, ils ne représentent qu'une partie sommaire de l'astrologie. Car en s'en tenant uniquement aux signes solaires, nous partons du principe que toutes les personnes nées au même endroit et au même moment présentent des traits de personnalité rigoureusement similaires. Or, nous sommes tous exceptionnels. « Nous sommes des humains, nous sommes donc tous incroyablement singuliers et communs à la fois » indique Chani, avant d'ajouter. « On ne peut résumer une personne à son thème astral. Mais il peut servir de grille de lecture de la vie. Il sert à renseigner la façon dont une personne va faire l'expérience de ses forces et de ses faiblesses tout au long de sa vie. Le thème astral peut faire ressortir différentes tranches de vie, certaines seront paisibles et constructives tandis que d'autres, plus tourmentées, seront constellées d'embuches et de défis. »

L'être humain a besoin de se sentir connecté. Nos angoisses existentielles peuvent souvent nous tétaniser et les verbaliser ne suffit souvent pas à en venir à bout. « Je pense qu'il est important de pouvoir parler de se genre de sujet ouvertement, sans contraintes et sans honte, afin de vivre plus sereinement. Le capitalisme nous corrompe tant, il nous divise et nous isole, il nous déconnecte. Il a un pouvoir de nuisance plus grand qu'on ne le pense, » conclue Chani. « Pour s'opposer à un tel système, il est primordial de développer une pensée critique et déconstructiviste tout en menant un processus de réconciliation avec le monde et soi-même. »

more from i-D