Publicité

le (faux) palmarès i-D des moments mode qui ont marqué 2017

La fin de l’année est une période de réflexion, de bilans, d’espoirs et de ruminations. L'heure où l'on fait des listes et résumés des 12 mois précédents. Le moment de donner des bons (et mauvais) points !

|
déc. 8 2017, 11:20am

Calvin Klein, Gucci, Helmut Lang printemps/été 2018. Photographie Mitchell Samsie

Publicité

Le retour à la vie inattendu de l’année : la Fashion Week de New York
Pendant longtemps, il a semblé à presque tout le monde que la Fashion Week new-yorkaise était morte et enterrée. Comme ce héros de cinéma, en fin du film : piégé dans un immeuble en feu avec très peu de munitions. Tous ses compagnons d’armes ont pris la tangente (ils se sont barrés à Paris) et la fin est proche. Mais au dernier moment, d’une porte dérobée apparaît une armée de jeunes habitués à survivre en milieu urbain, choquant les vieux réacs avec leurs fringues Eckaus Latta ou Teflar, la marque avant-gardiste qui promeut la fluidité du genre. Puis Helmut Lang, dont nous pensions qu’il était mort, arrive pour sauver la mise à tout le monde grâce à Shayne Oliver. Et Raf Simons finit par couronner cette nouvelle génération qui a revitalisé la Fashion Week de New York.

Les disparus trop tôt de l’année : Arnaud et Sebastian chez Courrèges
À peine a-t-on eu le temps de s’immerger dans la nouvelle vision d’Arnaud et Sebastian pour Courrèges qu’ils étaient déjà partis.

Saint Laurent printemps/été 2018. Photographie Mitchell Sams.

La New Face de l’année : Kaia Gerber
La saison de défilés printemps/été 2018 a été dominée par un nouveau visage, dont on ne saurait trop souligner la ressemblance frappante avec un visage plus ancien et bien connu. Kaia Gerber (aka « Cindy Crawford jeune », donc) a eu la chance d’apparaître sur littéralement tous les podiums cette année.

Les moutons de l’année : ceux qui font « comme Gucci »
Imaginez, si vous le pouvez, une marque de vêtement quelconque au sein de laquelle se tient une réunion en haut lieu, avec un chef en costard : « Cette année, les gosses veulent des trucs qui ressemblent à du Gucci. » Imaginez la présentation keynote qui suit, parsemée de quelques-uns des plus gros hits d’Alessandro Michele au sein de la maison milanaise. Puis le mot passe jusqu’au département design de cette chaîne de vêtements. Le designer attitré se met à paniquer, fout à la poubelle ce sur quoi il bossait juste avant - une ligne de streetwear « inspirée » de Vetements - et se remet à dessiner. Après une nuit blanche ponctuée de 17 cafés, il admire fièrement le travail accompli, et le montre au monsieur en costard : oui, il suffit de coller des patchs de serpents brodés sur n’importe quoi pour que ça passe.

Moschino printemps/été 2018. Photographie Mitchell Sams.

La meilleure utilisation des fleurs de l’année : Moschino
« Vous sentez cette odeur ? C’est les fleurs de printemps, fils. Il n’y a rien d’autre au monde qui ait cette odeur-là. J’adore respirer l’odeur des fleurs le matin. Une fois, on a recouvert une mannequin de fleurs pendant 12 heures. Cette odeur de fleurs, plein les narines, comme l’odeur… de la victoire. Un jour, cette guerre finira. »

Publicité

Le come-back de l’année : Helmut Lang
Jusqu’à cette année, Helmut Lang n’était qu’une recherche de plus (mais peut-être plus enjouée que d’autres) pendant nos frénésies sur eBay. Depuis le départ de son propre label et une nouvelle carrière d’artiste, Helmut Lang s’est fait remarquer par son absence dans le paysage de la mode. Sous la direction de Shayne Oliver, la marque, elle, s’est fait remarquer par son irrévérence cette année, emboîtant le pas à la vague de nostalgie des millenials pour les années 1990 - une période dont tous ne se souviennent pas.

Le meilleur compte Instagram de l’année : Diet Prada
On a tous suivi Diet Prada cette année. La combinaison est parfaite : c’est bitchy, drôle et pertinent. Gare à vous, imitateurs.

Ashley Williams printemps/été 2018. Photographie Mitchell Sams.

La démarche écolo de l’année : Ashley Williams
La nature est magnifique, non ? Prenez par exemple ce monstre marin vu dans Blue Planet, qui a changé de genre. Ou cette créature un peu bizarre - comme un poisson avec des jambes - repérée au Mexique. Ou les poulpes, tout simplement ! Et on ne parle que de la mer. Quid des collines pierreuses, des prés verdoyants, des immenses montagnes et des féroces déserts ?

La chaussure de l’année : la Balenciaga S Trainer
C’est la chaussure de l’année : celle qui a généré des milliers de mauvaises blagues, autant de mèmes aussi stupides qu’hilarants et une armée de hipsters ne sachant pas s’ils la trouvaient belle, moche, mais convaincus malgré ça qu’il leur fallait la paire. Et une preuve de plus que, dans la nébuleuse des chaussures « moches », la créativité n’a pas de limite.

Simone Rocha automne/hiver 2017. Photographie Mitchell Sams.

Les plus beaux vêtements de l’année : ceux de Simone Rocha
Pas de blagues, pour le coup, juste un bon gros clin d’œil à Simone Rocha, parce qu’elle fait de très, très, très beaux vêtements.

Publicité

Le choix anti-millenial de l’année : les 120 looks de Gucci
Le « more is more » ne me dérange pas outre mesure. J’y adhère même la majeure partie du temps. Mais 120 looks ?! Pas très judicieux comme choix, les gars. De quoi tuer le défilé. Franchement, nous les millenials sommes incapables de nous concentrer pendant plus de 15 minutes. Il faut prendre ça en compte.

Le moment le plus « mode » de l’année : le finale de Versace
Du moins, ce que l’on pouvait en voir derrière les flashs de photos.

Chanel automne/hiver 2017. Photographie Mitchell Sams.

La surprise de l’année, qui n’en est pas vraiment une : la fusée Chanel
À la fin de chaque saison, après des heures et des heures de défilés, nos lèvres finissent gercées par les innombrables bises, nos fringues de designers finissent sales et froissés, et nous finissons par prier pour revoir notre famille, notre lit, notre moitié, un plat au curry ou un bon bain chaud. Mais avant de rentrer à la maison, il y a une dernière chose à faire : le défilé Chanel ! Et à chaque fois, c’est un spectacle merveilleux d’excès et de beauté. Alors au diable la fatigue. On s’en fout, on s’assoit et on profite. Il y a une énorme fusée dans le Grand Palais. Et qu’est-ce qu’on peut demander de plus à un défilé de mode ?

Le moment le plus bizarre de l’année : quand Celine Dion est redevenue cool pendant deux semaines
Assez inattendu.

more from i-D