Publicité

des photos inédites de rihanna, vue par paolo roversi

Une nouvelle exposition du photographe de légende met en scène une pièce entière de portraits inédits de l’icône d’ANTI.

|
déc. 6 2017, 11:47am

Photographie Paolo Roversi

Publicité

Le photographe de mode italien Paolo Roversi a rencontré Rihanna pour la première fois en 2014. C’était dans son studio parisien, celui dans lequel il a travaillé pendant 20 ans et où il a réalisé des portraits d’elle dans le format vintage 8x10 qui lui est cher. Le shoot avait eu lieu pour illustrer la couverture d’i-D Music Issue en 2015 (avec le stylisme d’Alastair McKimm), marquant le début d’une collaboration aussi intime que vertueuse.

En 2015, Rihanna est revenue dans le studio de Roversi pour une série d’images destinée à la promotion de son album ANTI en 2016, des photographies qui seront utilisées pour les singles de « Bitch Better Have My Money », « Kiss It Better » et « Needed Me ». Mais de nombreuses autres demeurent secrètes. Certaines d’entre elles seront donc révélées au public lors de l’exposition « Storie » qui se tient jusqu’au 17 décembre au Palazzo Reale de Milan, dans le cadre du Festival Photo Vogue. Une pièce entière est consacrée à ces photographies inédites de Rihanna.

Photographie Paolo Roversi

Au sein de la mode, Roversi s’est forgé la réputation d’un Man Ray des temps modernes, excellant dans l’art d’apporter une touche évocatrice à ses images stylisées. Ses premières photographies remontent à 1964, lorsqu’adolescent, il commence à prendre des photos lors de vacances en Espagne en famille. Sa première chambre noire est alors installée dans un cellier. En 1970, il ouvre un studio destiné à la réalisation de ses portraits à Ravenna, la ville dont il est originaire. Il y photographie des familles des environs avant de tirer le portrait aux stars du cinéma européen.

Peu de temps après, il devient photojournaliste pour l’agence Associated Press, avant d’emménager à Paris et de travailler pour Elle France. Là, il apprend la photographie de mode et se familiarise avec le travail d’Helmut Newton, de Guy Bourdin, de Richard Avedon et d’Irving Penn – avant de faire, lui aussi, une légende de son propre nom.

Photographie Paolo Roversi

Roversi confie que ses talents d’artiste doivent beaucoup au photographe britannique Laurence Sackman, dont il a été l’assistant au milieu des années 1970. « Il m’a appris tout ce que je devais savoir pour devenir photographe professionnel, affirme Roversi. Sackman m’a enseigné l’art d’être créatif. Même s’il avait toujours recours au même appareil et aux mêmes réglages, il innovait en permanence. Il y avait presque quelque chose de militaire dans sa préparation d’un shooting. Mais ça ne l'empêchait pas de répéter : ‘Fixe correctement ton trépied et ton appareil, mais fais en sorte que tes yeux et ton esprit soient, eux, toujours libres'. »

Dans les années 1990, Roversi devient célèbre pour ses photographies des Supermodels, il saisit l’élégance de Kate et Naomi mais parvient aussi à saisir leur vulnérabilité. Comme il le déclarait récemment à Vogue : « Une photo de mode est toujours un portrait pour moi ; en fait, c’est un double portrait, celui d’une femme et celui d’une robe. Voilà ! C’est la définition exacte : un double portrait. »

Photographie Paolo Roversi

En ce qui concerne Rihanna, Roversi déclare adorer travailler avec elle pour sa personnalité lumineuse. « Elle est fantastique, c’est une véritable artiste. Nous avons travaillé dans mon studio pendant deux jours. Sa présence est extraordinaire : la façon dont elle bouge, sa confiance, son contrôle sur son corps, son énergie, sa sensualité. Elle est tout à fait consciente du pouvoir de sa beauté. C’est une artiste, de la manière dont peut aussi l’être une mannequin – ce talent à n’être pas seulement un joli visage. »

Publicité

En ce moment, Roversi travaille sur une exposition consacrée à une autre de ses muses : Noami Campbell. L’exposition aura lieu à la Sozzani Foundation à Milan en février prochain.

L’exposition « Storie » se tient au Palazzo Reale de Milan jusqu’au 17 décembre.

more from i-D