The VICEChannels

      musique Marie-Lou Morin 19 mai 2017

      l'internet wave, le punk du no future de la france

      Eurodance, trap et haut débit... La scène musicale française de l'internet wave est l'une des plus prolifiques qui soient. Si certains la condamnent à l'éphémère, d'autres y voient une nouvelle mue du punk. Voici une liste (non-exhaustive) des artistes de l'internet wave français à suivre absolument.

      l'internet wave, le punk du no future de la france l'internet wave, le punk du no future de la france l'internet wave, le punk du no future de la france

      Ils détestent qu'on les catégorise et n'aiment pas se revendiquer d'une filiation. Le titre même de cet article les énerve. Pourquoi donc vouloir les réunir sous une même scène ? Après tout, dans une société individualiste, chacun aime prôner son caractère unique. C'est l'écueil des journalistes de vouloir ranger tout le monde dans des petites cases. Le père de cette scène, car oui, il y en a un, s'insurge même du terme « internet wave ». Teki Latex, artiste protéiforme, tête chercheuse de projets transgenres, n'accepte pas cette désignation. Pourtant, on ne peut nier que cette scène en est une, qu'elle a ses codes, ses crews, ses tendances, qu'elle fréquente les mêmes lieux, que ses membres collaborent entre eux. Et que dans leur musique, on retrouve les mêmes éléments : une mélancolie apocalyptique sur fond de sons post-industriels terriblement liés à l'éphémère d'Internet.

      Certains lorgnent du côté de la trap, d'autres de l'eurodance, quand d'autres aiment les mélodies R'n'B. Mais tous créent de la musique avec des genres qui se superposent, sans aucune limite créative. Tous fabriquent une musique digitale, tout droit sortie des ordinateurs influencés par des heures passées sur internet et les jeux vidéo. Leur musique électronique est de celle qui ne fait aucune concession. L'internet wave, le punk du futur ? Évidemment, oui.

      Il est né parmi cette génération qui rêve - secrètement ou non - de court-circuiter le mainstream. De jouer avec ses codes (car on ne renie pas ses origines) pour le sublimer. Une génération qui se débrouille seule, coincée entre le RSA et les APL, mais qui mène sa barque en bricolant des machines DIY, en hackant des logiciels bien trop chers, en squattant des apparts pourris en coloc. Une génération coincée entre des sigles à 3 lettres. Elle n'a en tout cas pas voulu suivre le modèle qu'on lui servait au journal de 20Heures, elle s'en est même moquée, et pourtant elle a rêvé de gloire devant les jeux de téléréalité. Après tout, tout est une question de posture. Il suffit aujourd'hui de poser pour vendre quelque chose. Elle s'en satisfait. Ces punks du futur n'essaient pas de renverser le pouvoir. Ils s'inventent juste un monde à côté, tout en tirant profit de ce que le monde réel veut bien leur offrir. Certains se sont exilés au Japon, en Angleterre, aux États-Unis, parce qu'après tout, on est désormais dans le Worldwide. Les frontières n'existent plus, malgré ce que certains hommes d'État veulent nous faire croire, alors pourquoi continuer de se diminuer avec des frontières invisibles de genres ? L'internet wave est mouvant. Il est aujourd'hui quelque chose qu'il ne sera plus demain. Normal, il va aussi vite que la fibre internet balance du débit. Hier, il était très techno, aujourd'hui, il se veut plus trap ou plus harcore. Et encore, tout ça ne veut rien dire. Le mieux, c'est de l'écouter. Voici 8 artistes français qui inventent la musique du futur.

      M-O-R-S-E

      Regard quasi omniscient, M-O-R-S-E observe depuis pas mal de temps l'évolution de la musique expérimentale. L'année dernière, il en a fait une mixtape de 43 morceaux, réunissant à peu près tous les acteurs de la scène internet wave. Mais bien au-delà d'un simple observateur, M-O-R-S-E produit ses propres sons à la vitesse de la lumière. Son EP Volume 1, sorti il y a quelques mois, est une sorte de cauchemar conté par une voix robotique pleine de mélancolie. Adepte du hard-tune, M-O-R-S-E pose un filtre déshumanisé sur chaque voix qui chante pour lui. Entre des sons de tirs, de vitre fracassée, de sirènes stridentes, il trimballe sa complainte sur des rythmes trap hyper maîtrisés. Avec cet EP, cet hypersensible a souhaité faire quelque chose de pop dans le format. Une mélodie, une track. Loin des sons ambient qui s'étiraient à l'infini, et qui l'ont fait rentrer dans la musique. Sur Volume 1, on croise Migu (qui a collaboré avec le rappeur de Los Angeles Bones) et Swan Meat, une DJ de Chicago qui signe une techno hardcore. Des collaborations qui certifient que M-O-R-S-E est l'une des figures les plus intéressantes de cette scène.

      En live sur Hotel Radio Paris le 26 mai.


      Coucou Chloe

      Il y a quelque temps, elle dialoguait avec son Siri pour répondre à certaines questions métaphysiques. À croire qu'il ne lui a pas donné de réponses satisfaisantes, Coucou Chloe est allée chercher la vérité ailleurs. À Londres plus précisément. Clairement, la scène internet wave, avec des labels comme PC Music, s'y régénère en permanence. D'ailleurs, Coucou Chloe vient de créer le sien, Nuxxe, avec deux autres artistes Shygirl et Sega Bodega. Sa musique s'est peu à peu radicalisée pour donner une sorte de footwork hardcore et métallique, qui laisse de plus en plus de place à la voix. Toujours dopée à l'auto-tune, cette voix rap des paroles désenchantées sur des vibes orientales. Une novlangue inédite qui brouille tous les repères.

      My Sword

      Il est l'un des plus radicaux, avec le crew du label Permalnk. My Sword était encore il y a quelque temps Ninja Sword. L'internet wave est protéiforme, elle aime changer régulièrement d'identité. Sa musique est un chaos de sons extrêmes, apocalyptiques, emplie de noirceur. Celui qui se désigne comme bedroom producer crée depuis Lyon de façon parcimonieuse. Tous les 3 mois, il balance sur son Soundcloud, en téléchargement gratuit, des morceaux de techno hardcore que lui-même refuse de catégoriser en genre. Ça tabasse, ça prend aux tripes, ça effraie. Et ça pourrait être la bande-son d'un jeu vidéo.

      TGAF

      C'est un peu les filles cool du lycée. Les jolies légèrement freaks devenues peu à peu inatteignables. TGAF, c'est un crew composé de OK Lou, Carin Kelly, DJ Ouai et Miley Serious, quatre filles en feu (These gyals are on fiyah) qui enregistrent chaque semaine une émission pour la radio Piiaf. Toutes partagent un même amour pour le R'n'B putassier à la Justin Bieber, qu'elles assument complètement. Il y a deux ans, OK Lou a été repérée par la RedBull Music Academy, grand concours « La chance aux chansons » version hyper pointue sinistrement avortée par les attentats du 13 novembre. Mais il n'en a pas fallu plus pour qu'elle passionne les festivals, tourneurs, labels… Ok Lou est brillante. Son dance-hall désanchanté a soudainement redessiné les contours de la pop, touchant chaque âme sensible en plein cœur. Dans son sillage, elle a donc entraîné ses amies Carin Kelly, DJ Ouai et Miley Serious, toutes productrices d'une musique hybride, mélange de dance music aux accents de reggaeton et de techno hardcore. TGAF, c'est la digestion de quinze années de pop culture sublimée par la mélancolie d'une époque.

      Lëster

      Âme délicate, définitivement pop, Lëster peut jouer un set d'eurodance de deux heures sans sourciller. Passionné par la transe, il intègre dans son « emo-pop » des sons plus hardcore, acides, qui rappellent des tubes nineties créés en Europe de l'Est. Il est aussi adepte des reprises pop qu'il mouline au vocoder et mène des performances planantes lors des Coucou, soirées trans dont il est le co-fondateur. Il aime créer des clips pour tous les morceaux qu'il sort, des films qui mêlent filtres Snapchat, emojis, images ClipArt Une compilation de tout ce qu'internet offre de plus kitsch…L'EP Oxa, qu'il sortira dans les prochains jours, est l'aboutissement de deux années de production musicale qui transcende la pop.

      Crédits

      Texte : Marie-Lou Morin

      Rejoignez i-D ! Suivez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram.

      Tags:musique, internet wave, internet, techno, trap, morse, ​​lëster​, coucou chloé, ​my sword

      comments powered by Disqus

      Aujourd'hui sur i-D

      Plus d'i-D

      featured on i-D

      encore