The VICEChannels

      musique i-D Staff 20 mars 2017

      le neo-jazz dopé des ephemerals

      Le groupe dont le troisième album sortira en avril a confié son titre Omnilogue en exclusivité à i-D. Une histoire de hippies et de réincarnations. Version 2017.

      le neo-jazz dopé des ephemerals le neo-jazz dopé des ephemerals le neo-jazz dopé des ephemerals

      Ephemerals est un groupe qui se passe volontiers de frontières - qu'elles quelles soient. Leur union est celle de plusieurs genres musicaux, d'histoires et d'origines qui, rassemblés en une seule et même étreinte, créent une harmonie rare, un équilibre génial. Une grande majorité du groupe vient d'Angleterre mais le chanteur Wolf, lui, est franco-américain d'origine haïtienne. Sa voix soul et grave, un soupçon éraflée, rappelle celles de grandes légendes de la soul comme Al Green. Elle se pose sur un ensemble musical multivoque et orchestral, des basses rondes et des rythmes hachés jazz. Et ne lisez pas dans leur nom un présage de mauvais augure mais plutôt le signe d'une certaine humilité, parce qu'en réalité, Ephemerals n'a pas fini de grandir. Tandis que leur troisième album, Egg Tooth, sortira le 21 avril, le groupe a confié le titre Ominilogue en exclusivité à i-D. L'occasion de discuter jazz et futur avec Wolf, le chanteur d'Ephemerals. 

      Peux-tu me dire comment vous vous êtes tous rencontrés, toi et tes musiciens ?
      On s'est rencontré il y a 4 ans maintenant, je jouais à Guyancourt (Yvelines) en première partie avec mon groupe de funk (Marvellous) et Nic (Nicholas Hillman Mondergreen, auteur, compositeur et guitariste)en tête d'affiche avec sa formation soul. Nous avons discuté, bu quelques verres après le concert, jusqu'à ce qu'il me demande si j'étais partant pour monter un projet. Je n'y croyais pas encore à ce moment-là. Mais quatre mois plus tard, j'étais à Londres en train d'enregistrer le premier album avec eux... Qui l'aurait cru !?

      Vous venez tous de coins différents. Où est-ce qu'on retrouve vos origines diverses dans votre musique ?
      On les retrouve sur l'ensemble des projets. Chacun a une grande liberté d'interprétation des chansons. Lorsqu'on entre en studio, on a juste des grandes lignes à suivre et trois jours devant nous. Nic nous guide bien évidemment pour éviter tout égarement, mais on injecte notre personnalité et nos influences dans nos parties respectives.

      Comment décrirais-tu l'univers musical que vous avez créé ensemble ?
      Un joyeux bordel entre tradition et folie ! Difficile d'être précis tant il y a d'influences croisées, surtout sur ce nouvel album. Mais je dirais Soul, funk, jazz, peut-être même pop… Le tout dopé de rêves et d'amour.

      Vous avez une aura très jazz aussi. Tu penses quoi de ce genre en 2017 ?
      Le jazz est selon moi l'un des rares styles qui perdure. Il n'a jamais vraiment disparu, même à une époque où on le croyait éteint. Le hip-hop des années 90 lui a par exemple donné une seconde vie à travers le sampling, et effectivement aujourd'hui il retrouve une certaine place à part entière mais est aussi mêlé à d'autres esthétiques.

      Peux-tu me parler du titre Omnilogue ? Que raconte-t-il ?
      Omnilogue est un titre magiquement obscur qui parle de réincarnation et de renouveau. Cette prise de conscience du fait que nous soyons reliés à un tout… Et le fait que la vie soit quelque chose de cyclique... Over and over... Une approche très hippie, je te l'accorde !

      Quels sont vos projets pour la suite ?
      À court terme, partager cet album avec le plus de monde possible, car je l'adore et je suis fier de ce que l'on a produit. Sur le plus long terme, j'espère continuer à créer et vivre cette musique avec EPHEMERALS, que je considère désormais comme ma famille. Longévité à nous, of course !

      Ephemerals sera en concert les 9, 10 et 11 mai au Sunset Sunside 

      Rejoignez i-D ! Suivez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram.

      Tags:musique, première, exclusivité, ephemerals, soul

      comments powered by Disqus

      Aujourd'hui sur i-D

      Plus d'i-D

      featured on i-D

      encore