The VICEChannels

      musique Antoine Mbemba 20 mars 2017

      roméo elvis, rap belge et questions drôles

      En fin de semaine dernière sortait le clip de Drôle de Question, deuxième extrait du nouvel EP du rappeur belge Roméo Elvis. Une douce mélodie à l'image de l'artiste ; concentré de talent et grâce nonchalante.

      On s'est bien donné sur les blagues belges à l'époque. Eux se marrent bien aujourd'hui, quand chaque année ou presque la France s'essaie à piocher la nouvelle étoile artistique de leur pays. Quand la France transforme la musique belge en « musique francophone », pour se la réapproprier au calme. De quoi nous faire oublier d'où venait Brel. Cette fois-ci, avant d'assister au rapt hexagonal, les belges Roméo Elvis a envahi son pays voisin sans qu'on comprenne trop ce qu'il se passe. L'an dernier, Bruxelles est arrivée sans attendre, incarné en un corps long, une voix grave et un flow chantant. La plus belle promesse de la nouvelle scène rap belge, dont le nom de scène mythologique au possible n'est autre qu'une version raccourcie du nom civil du bonhomme : Roméo Johnny Elvis Strauss Van Laeken.

      Promesse n'est peut-être pas la qualification la plus juste. Roméo en est au moins à sa quatrième année d'activité musicale pour autant d'EP, et un cinquième, Morale 2, arrivé à nos oreilles la semaine dernière. Un opus résolument plus mélodieux que les précédents, où l'artiste se pose dans le chant, avec succès, à l'image du morceau Drôle de Question, dont le clip a commencé de titiller le net vendredi dernier. Toujours accompagné par Le Motel à la prod, Roméo Elvis déploie un nouveau ton : « Je voulais simplement faire un morceau qui soit un minimum chantant. Je me suis servi de ma guitare, parce que j'en fais depuis quelques années, et j'ai décidé de commencer un morceau un petit peu culcul la praline. Le clip c'est une idée de Lionel, le réalisateur. Pour le tournage je voulais avoir un style pas spécialement propre aux rappeurs. Donc je me suis habillé et coiffé comme un Jean-Jacques. »

      Quand de notre œil on demande au rappeur ce qui ferait la spécificité d'un rap belge, il nous répond beau joueur après avoir souligné l'incroyable non-originalité de la question... « J'en sais rien. Je sais juste que on est moins compétitif entre nous parce que on est pas en France où t'as 10 nouveaux rappeurs par mois qui se font connaître. » Pour la suite il est confiant, savoure son entourage, son public, l'énergie qu'il lui rend : « Les gens me donnent beaucoup d'amour, beaucoup de confiance. Je me sens encore plus fort pour créer. Je pense que nous avons une place à garder et à préserver. Pour l'instant c'est un petit peu un phénomène de hype, comme on dit, mais j'espère vraiment pouvoir continuer à donner quelque chose de bon et qualitatif à mon public, qu'il soit francophone ou anglophone, qui sait ! Je joue souvent en Flandres, alors pourquoi pas d'autres lieux.» Aux anglophones : Bruxelles arrive.

      Crédits

      Texte : Antoine Mbemba

      Photographie : Kevin Jordan

      Rejoignez i-D ! Suivez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram.

      Tags:musique, rap, elvis roméo, rap belge, drôle de question, antoine mbemba, kebin jordan

      comments powered by Disqus

      Aujourd'hui sur i-D

      Plus d'i-D

      featured on i-D

      encore